• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Tension autour du relogement de 63 adultes et enfants, après l'incendie de leur immeuble à Marseille

© Collectif des habitants de la maison blanche
© Collectif des habitants de la maison blanche

Le feu est parti ce vendredi autour de 10h30, au quatrième étage de la cité Maison blanche. Aucun blessé n'est à déplorer mais 31 adultes et 32 enfants ont été délogés. D'après le collectif des habitants de cette cité, le relogement s'est passé dans la plus grande pagaille.

Par Nathalie Deumier

"Où dormir ? Où manger ? Comment boire ?" Les habitants de la cité Maison Blanche se posent ces questions. Leur immeuble vient de brûler en partie, boulevard Danielle Casanova dans le 14ème arrondissement de Marseille.

Le feu est parti sur un blacon, autour de 10h30, formant un impressionnant panache sur plusieurs étages.

Vers 15 heures, après l'intervention des marins-pompiers, personne n'a été blessé, 24 appartements sont touchés, 31 adultes et 32 enfants doivent être relogés. 
 

Nabir Abdallah, créateur du Collectif des habitants de la Maison Blanche, nous décrit une grosse pagaille au pied de l'immeuble. Le collectif 5 novembre est également présent.

Les services de la mairie et de la Métropole engagent les familles à se diriger vers le gymnase Ruffi, dans le 3ème arrondissement de Marseille.

Vive méfiance des habitants

La toute récente histoire des habitants de Noailles laisse des marques. Les sinistrés de la cité Maison Blanche veulent avoir des garanties sur ce qui va leur arriver.

S'ensuivent des "négociations", pendant près d'une heure. La situation s'enlise puis se bloque.

Selon Nabir Abdallah, du Collectif des habitants de la Maison Blanche, les habitants se retrouvent sans rien, ni nourriture ni chambre d'hôtel, avec des enfants parfois très jeunes.

Les collectifs achètent 65 sandwichs et trouvent des chambres d'hôtels.

La mairie suit des règles

Julien Ruas est adjoint au maire de Marseille, à la délégation des risques. Il nous donne une autre version de cette pagaille.

" Les sinistrés devaient se rendre au gymnase Ruffi pour un premier recensement", nous explique l'élu. "Des bus de la RTM étaient mobilisés pour conduire les habitants au gymnase."

Une fois qu'ils ont pu démontrer qu'ils sont vraiment locataires dans la cité, des chèques du CCAS leur sont donnés pour faire des courses. Puis des chambres d'hôtel sont attribuées.     

Personne n'a accepté de venir au gymnase

Pas un seul habitant sinistré n'est venu au gymnase. Selon Julien Ruas, les collectifs sont responsables de cette situation.

Deux appartements seraient très dégradés pas les fumées. Tous les autres habitants devraient pouvoir rentrer chez eux ce lundi. 
 

Sur le même sujet

Dr Nathalie Tieulié ( 06 )

Les + Lus