Cet article date de plus de 3 ans

200 roms expulsés de leur camp à Marseille

200 personnes ont été expulsées ce jeudi matin à Marseille. Des familles roms qui étaient installées dans un bâtiment de la ville, quartier Bougainvillier. Elles se retrouvent dehors, avec leurs enfants. Aucune solution de relogement n'est envisagée.
© Laurent Esnault, France 3 Provence-Alpes
Ce jeudi matin, des associations sont venus soutenir les Roms forcés de quitter les lieux du bâtiment qu'ils occupaient. Des associations qui ne décolèrent pas devant ces familles mises en danger pendant l'été. Les enfants tout particulièrement. Aujourd'hui, il fait 35 degrés et il y a très peu de points d'eau potable à Marseille. Les nouveaux nés risquent de se déshydrater. 

Expulsés, et après ? 


Ils errent dans le quartier, ne sachant pas où poser leurs affaires. La police les déloge depuis 3 jours dès qu'ils trouvent un endroit où s'installer. C'était le cas mercredi. Selon Claudia Marchetti, médiatrice de Médecins du Monde, une bonne compagnie de CRS est venue pour les expulser.


Ils vivaient dans une décharge 


Le bâtiment de la mairie qui était squatté est devenu une véritable décharge publique. Ces conditions de vie sont dénoncées par les associations depuis un an. La loi impose pourtant une prise en charge de l'hébergement d'urgence par l'état et les municipalités. Et il existe bien des bâtiments vides, dénonce Fathi Bouaroua, directeur régional de la Fondation Abbé Pierre. La caserne du Muy et les locaux de la DREAL (Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement, boulevard Perier.  Ce sont d'immenses locaux, qui pourraient être utilisés, au moins temporairement.
 

Un reportage de Ghislaine Milliet-Bouquet et Laurent Esnault : 

durée de la vidéo: 01 min 55
Expulsion de roms à Marseille

Intervenants du reportage :
- Jean-Régis Rooijackers, co-responsable Mission bidonvilles Médecins du monde
- Claudia Marchetti, médiatrice Médecins du monde
- Fathi Bouaroua, directeur régional Fondation Abbé Pierre


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
roms société police sécurité solidarité politique