Exercice de survie : des étudiants marseillais naufragés volontaires

Tant qu'ils ont la tête dehors, ils limitent le mal de mer... / © France 3
Tant qu'ils ont la tête dehors, ils limitent le mal de mer... / © France 3

Des étudiants marseillais de l’Ecole Nationale Supérieure Maritime ont entamé ce mardi soir un exercice de survie. Ils ont rejoint un radeau ancré à proximité de l'île du Frioul et vont y rester plusieurs jours, dans des conditions proches de celles des naufragés.

Par Nathalie Deumier

Ils sont 12, élèves officiers de l'Ecole Nationale Supérieure Maritime, tous volontaires pour cette expérience de survie. Ils ont passé une batterie de tests médicaux et réalisé un premier essai de 8 heures en mer en décembre dernier, avec déjà quelques difficultés. Ils ont mis 1h1/2 pour trouver leurs cachets anti-mal de mer. Ils ont appris à manger leur ration de 50 grammes par jour, sous forme de barre de céréale. Et à boire 1/2 litre par jour.


Ils nagent, habillés, dans la mer agitée


Direction l'île du Frioul, au large de Marseille, où est gonflé un canot de survie de 16 places. Pour corser un peu l'exercice, les élèves le rejoignent à la nage. Evidemment, la mer est très agitée, sinon, ça serait beaucoup moins intéressant... 

Avoir faim, soif, supporter les autres
 

Ils vont avoir faim, froid et souffriront de l'humidité. Ils vont devoir gérer la vie collective et individuelle. Ils seront surveillés par un systère de videosurveillance et par des psychologues. Au bout de 3 jours, l'équipe de surveillance décidera qui continue et qui abandonne.

Malgré une mer très agitée, les élèves ont passé leur première nuit sans encombre

Un reportage de Damien Lefauconnier et Laurent Esnault :

Exercice de survie en mer
12 élèves de la Marine Marchande à Marseille vivent comme des réfugiés en mer, pendant quelques jours.



Intervenants du reportage :
-Sébastien Siloret, élève-officier marine marchande
- Charles Delaunay, élève-officier marine marchande
- Hermine Pirou-Courson, élève-officier marine marchande
- Didier Bonnel, président SNSM Marseille
- François Adroit, papa d’un élève-officier


A lire aussi

Sur le même sujet

Orage à Nice est, le 20 octobre 2019

Les + Lus