Marseille: Anguissa, la solution au problème Diarra

André-Franck Zambo Anguissa / © Photo MaxPPP/Leon Tanguy
André-Franck Zambo Anguissa / © Photo MaxPPP/Leon Tanguy

L'éclosion à 21 ans du Camerounais Frank Zambo-Anguissa au milieu de terrain est peut-être la solution de l'Olympique de Marseille au casse-tête Lassana Diarra, qui s'éloigne de plus en plus du club.

Par Ghislaine Milliet avec AFP

Même débarrassé de ses problèmes physiques, "Lass" n'est qu'un remplaçant de luxe dans le nouvel OM, revenu à la 6e place grâce à quatre victoires de rang en Ligue 1, où Diarra a joué 19 minutes, entrant deux fois en jeu en fin de rencontre.
A Toulouse, en 32e de finale de Coupe de France, dimanche, Rudi Garcia n'a pas de raison de changer un trio de mieux en mieux huilé au milieu, avec William Vainqueur en sentinelle, le Camerounais en relayeur et le jeune Maxime Lopez (19 ans) dans le rôle le plus offensif.
Zambo, comme l'appellent ses coéquipiers (mais lui préfère Anguissa, le nom de son quartier à Yaoundé) semble avoir chipé pour de bon la place à Diarra. Pas poste pour poste, puisque Vainqueur occupe le rôle de l'ex-capitaine, mais homme pour homme.
Il l'a conquise sur le terrain, au mérite, mais les déboires de "Lass" l'ont aidé. Diarra cherche toujours un gros contrat qui l'aiderait à régler sa colossale amende de 10 millions d'euros au Lokomotiv Moscou, son ancien club, et ne se voit pas
rester à l'OM, malgré la proposition de la nouvelle direction d'en faire une des têtes du pont du projet "OM champion".

"Énorme potentiel" 


Si les atermoiements de Diarra ont pu lasser les directions, l'ancienne comme la nouvelle, et les staffs techniques, le joueur a toutefois conservé son aura auprès de ses partenaires.
Anguissa assure qu'il n'a "aucun problème avec Lass, même si des trucs se sont dits dans les journaux comme quoi il ne me voulait pas dans l'équipe".

Il est venu vers moi et m'a dit que c'était n'importe quoi, qu'il ne ferait jamais une chose pareille.


"Diarra, c'est un joueur extraordinaire, il te régale", ajoute le Camerounais.
Mais vendredi, il n'était pas à l'entraînement...
Au-delà de cette géopolitique de l'OM, Rudi Garcia assure que s'il choisit d'aligner Anguissa, le joueur le doit à sa discipline de travail, ses qualités de bon élève et surtout "son énorme potentiel".
"Il reste beaucoup de travail avec Frank, insiste l'entraîneur marseillais, ce n'est pas lui faire injure de dire qu'il n'a pas eu de formation comme on l'entend en France, à Reims (2014-15) il n'a pas joué, et avant il était au Cameroun". Même dans le meilleur club du pays, le Cotonsport Garoua, le niveau tactique n'atteint pas les standards de la L1.

"La sentinelle ne dribble pas !"


Arrivé en 2015 à l'OM, il se faisait reprendre à l'entraînement par Marcelo Bielsa.
"Il me disait: "La sentinelle ne dribble pas !", raconte Anguissa en souriant.

Je ne peux pas lui demander le rôle très tactique de sentinelle, qui équilibre l'équipe, William Vainqueur a plus de bouteille pour ce poste-là, c'est mieux qu'il joue un peu plus haut


explique Rudy Garcia.
Depuis que Garcia l'a remonté sur le terrain, à Saint-Étienne (0-0), le Camerounais a pris confiance, et pour le dernier match de l'année, à Bastia (2-1), il était un des meilleurs Olympiens.
"Il faut lui donner les repères tactiques importants, conclut le coach, mais il progresse, il progresse..."
Anguissa travaille beaucoup, il a même un coach personnel qui débriefe avec lui ses matches en vidéo. Il n'est déjà plus le joueur emprunté qui semblait si impressionné par la grandeur de l'affiche Paris SG-OM, où Garcia, pour son premier match à la tête de l'équipe, l'avait titularisé.
Il en a fait du chemin depuis le Cotonsport Garoua et l'équipe réserve du Stade de Reims. "Là-bas, des plus grands comme Benjamin Moukandjo me disaient: "Ne baisse pas la tête, tu vas travailler, tu vas percer", raconte Anguissa. Maintenant il
doit fleurir.

Sur le même sujet

Les + Lus