• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Le “néo-banditisme de cité”, en procès à Marseille dès mardi

© afp
© afp

Lors de ce procès, on parlera cannabis, fusils d'assaut et séquestration. Le tribunal correctionnel de Marseille juge dès mardi les acteurs présumés du réseau de vente de stupéfiants de la cité Bassens (15e ardt).

Par VS avec AFP

Ce procès concerne une affaire emblématique de ce que policiers et magistrats appellent le "néo-banditisme marseillais de cité".

Un réseau démentelé en 2012

Les trois jours d'audience promettent d'illustrer les multiples facettes de ce réseau, démantelé à l'été 2012: la vente de cannabis pour une recette quotidienne estimée entre 5.000 et 10.000 euros, la location d'une "villa-nourrice" à Marignane pour y stocker les fonds et procéder au conditionnement de la drogue, l'enlèvement et la séquestration violente du frère d'un membre du réseau après la saisie de 44 kg de cannabis, la découverte de dix fusils d'assaut de type Kalachnikov et enfin la recherche de solutions de blanchiment des bénéfices issus du trafic.

Drogue et règlement de compte

En toile de fond, les juges évoqueront aussi  un règlement de comptes, l'assassinat
de deux jeunes hommes âgés de 25 et 30 ans à l'aide de Kalachnikov, le 1er novembre 2012 dans le 13e arrondissement de Marseille. La victime
de l'enlèvement  et de la tentative d'extorsion par les chefs du réseau de Bassens
se trouvait ce jour-là sur la banquette arrière du véhicule et avait miraculeusement
échappé aux tirs.






AFP  le 02/11/2014 15:29:15

Sur le même sujet

Stéphane Gauberti (06)

Les + Lus