• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Les pompiers rappellent que les bouches d'incendies ne servent pas à lutter contre la canicule

© Maxppp/ Aurelien Morissard
© Maxppp/ Aurelien Morissard

Les Marins-Pompiers ont multiplié les interventions dans les rues de Marseille ces derniers jours, en raison des fortes chaleurs, pour lutter contre l'ouverture sauvage des bouches d'incendie. Ils rappellent à la population que cela peut avoir des conséquences graves. 

Par Annie Vergnenegre

Avec la montée soudaine des températures à Marseille ces derniers jours, les Marins-Pompiers sont confrontés à un nouveau problème : l'ouverture sauvage des bouches d'incendie. Le phénomène est courant outre Atlantique et a même un nom : le "street pooling", littéralement la piscine dans la rue... 

Un gaspillage qui pénalise les pompiers 


Le gaspillage en eau que cela représente est considérable. En Ile-de-France, en quatre semaines, 600.000 m3 d'eau ont été ainsi gaspillés, c'est l'équivalent de 240 piscines olympiques. On n'en est pas là à Marseille, mais les pompiers s'inquiètent que cette pratique rende les points d’eaux inutilisables dans le cadre de leur lutte contre les incendies, soit qu'ils soient dégradés, soit que l'eau vienne à manquer de débit.

La mode s'est viralisée à tel point par les réseaux sociaux depuis l'an dernier en France, que Véolia a fait appel au rappeur Youssoupha et son slam pour faire comprendre aux plus jeunes que se rafraîchir comme ça, ce n'est pas une bonne idée :
"Pendant que le terrain de jeu est inondé par imprudence on galère pour gérer les feux... comment on peut risposter quand la flotte n'arrive plus.. "  

Plus pragmatiques, les marins-pompiers de Marseille rappelent aux Marseillais les lourdes conséquences que peut avoir ce geste.

Un geste dangereux 


Au dévérouillage de la bouche d'incendie, la force du geyser est susceptible de blesser quelqu'un. Un garçonnet de 8 ans avait été blessé après avoir été violemment projeté en l’air par la force des jets d’eau en 2015 à Bobigny. Les marins-pompiers précisent qu'il y a aussi un risque de s'électriser à cause des lignes électriques aériennes. Par ailleurs, la puissance du jet d'eau peut tout aussi bien provoquer des dégâts à des véhicules ou des bâtiments voisins, voire provoquer des accidents de la circulation. 

Enfin, cela mobilise inutilement les secours qui doivent intervenir pour refermer la bouche d'incendie. Et rappelons que ce "street pooling" est interdit. Il peut être sanctionné comme du vol d'eau par une amende de 75 000 euros et cinq ans d'emprisonnement, selon le Code pénal.



Sur le même sujet

Les évacués de la rue d'Aubagne

Les + Lus