Saint-Julien : incendie mortel, l'auteur passe aux aveux

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sidonie Canetto
© BMPM/SM Etourneau

Le 25 mai dernier, un incendie a fait quatre morts à Saint-Julien dans le 12e arrondissement de Marseille, dans un immeuble du Parc des Amandiers. Un feu d'origine criminelle. Le coupable s'est rendu à la police et a avoué être l'auteur du départ de feu sur fond de querelles de voisinage.        

Vers 3h du matin, le 25 mai dernier, un incendie s'est déclaré dans un immeuble du Parc des amandiers, impasse des fauvettes dans le 12e arrondissement de Marseille, à Saint-Julien.
Sur place, les pompiers ont pu secourir de nombreux résidents, mais ils ont découvert quatres corps : trois femmes et un enfant de deux ans.
Le sinistre éteind, l'enquète, de la sureté départementale, parmi les décombres du  local à vélo de l'immeuble a permis de trouver, un briquet et des gants, ce qui ne laissait aucun doute sur l'origine criminelle du sinistre. Le ou les coupables étaient activement recherchés par la sureté départementale.

Un homme de 49 ans s'est présenté en fin de semaine dernière à la police, pour avouer son geste criminel, rongé par les remords, dit-il.
Lors de ses aveux, l'homme aurait expliqué être en proie a des querelles de voisinages pour une histoire de local à vélo. Avec sa femme ils auraient donc décidé de mettre le feu dans ce fameux lieu de discorde, en y déversant de l'essence. Une forte explosion aurait alors bloqué l'entrée de l'immeuble et sa femme serait restée prisonnière des flammes. l'homme n'a eu le temps que de sauver ses propres enfants avant la propagation des flammes aux étages supérieurs.

Le coupable a été mis en examen pour "homicides involontaires par un moyen dangereux" avant d'être écroué par un juge des libertés et de la détention.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.