VIDEO. Entretien exclusif de l'avocat de l'incendiaire présumé de Luminy près des Calanques de Marseille

Pour la première fois, l'avocat de l'adolescent accusé d'avoir mis le feu le 5 septembre à Marseille livre sa versions des faits. Me Benedetti nous a accordé un entretien exclusif pour expliquer le geste de son jeune client, placé en détention provisoire au centre pour mineurs de La Valentine. 

Le mineur de 15 ans, suspecté d'être à l'origine de l'incendie de la Gineste le 5 septembre dernier, dort depuis trois nuits dans une cellule du centre pour mineurs de la Valentine à Marseille. Il est poursuivi pour incendie volontaire. Selon les premiers éléments de l'enquête, il aurait délibérément mis le feu qui a embrasé les Calanques jusqu'aux portes de Cassis. Pour la première fois, son avocat s'exprime. Me Damien Benedetti nous a accordé un entretien exclusif et livre la version des faits selon son jeune client.
durée de la vidéo: 01 min 52
L'avocat du jeune incendiaire s'exprime

Il a mis le feu à un buisson

Selon lui, tout est parti d'un jeu au pied d'un immeuble HLM de Luminy, où il vit avec sa mère et son jeune frère. L'adolescent aurait bien trouvé un briquet sur un muret à proximité du terrain de football. Avec son frère, il aurait alors mis le feu à un buisson. A ce moment-là, une bourrasque a embrasé la garrigue alentour. Le mineur aurait jeté du sable pour éteindre le départ de feu mais cela n'a pas suffit

Il a tenté d'alerter les secours

Dépassé par son geste, il aurait alors tenté d'appeler les pompiers. Son appel n'aurait pas été pris au serieux selon les dires de l'avocat. Toujours selon lui, le jeune garçon aurait dans la foulée alerté un adulte qui à son tour a appelé les service de secours. Cette fois avec succès. Les pompiers sont arrivés très rapidement mais la force du vent ce jour-là a fait que 300 hectares ont brûlé.

Lors de sa garde à vue, le mineur a avoué les faits et regretté un acte dont il n'a pas maîtrisé les conséquences. Placé en détention provisioire, le garçon est à l'isolement à la demande de son avocat, pour le protéger.  

Il n'a aucun antécédent judiciaire

L'avocat a fait appel de cette mise en détention qui n'a selon lui pas de raison d'être alors que son client est scolarisé et n'a aucun antécédent judiciaire. La demande de mise en liberté de jeune homme sera examinée le 29 septembre, il reste en détention au moins jusqu'à cette date.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers