Salon-de-Provence : L'Oréal a-t-il copié une pub de la marque Le Petit Olivier ?

La Phocéenne de cosmétique, société basée à Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône) propriétaire de la marque Le Petit Olivier, attaque en justice L'Oréal pour "concurrence déloyale et parasitaire". La marque salonaise reproche à L'Oréal de s'être largement inspirée d'une ancienne pub.
L'entreprise La Phocéenne de cosmétique accuse L'Oréal de s'être inspiré de sa marque Le Petit Olivier.
L'entreprise La Phocéenne de cosmétique accuse L'Oréal de s'être inspiré de sa marque Le Petit Olivier. © Montage photo à partir des publicités Le Petit Olivier et La Provençale (L'Oréal).
Un champ d'oliviers sur lequel apparaît le logo d'une marque, une femme radieuse dans une balancelle en osier, qui se masse le visage en souriant.

Le tribunal de commerce de Paris devra visionner deux campagne de publicité, l'une de L'Oréal datant de 2018 et l'autre de la marque salonaise Le petit Olivier réalisée en 2014.

Il devra décider "à la fin du printemps" si le grand groupe s'est un peu trop inspiré de la publicité de la petite entreprise provençale de cosmétique.
Campagne de pub le Petit Olivier
Une plainte pour "concurrence déloyale et parasitaire" a été déposée auprès du tribunal de commerce de Paris, a précisé La Phocéenne de Cosmétique, confirmant une information du magazine Challenges.

La société, dont le siège est à Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône), est propriétaire de la marque Le Petit Olivier, distribuée en grandes surfaces.

600.000€ de dommages et intérêts réclamés

"A notre avis, L'Oréal a lancé La Provençale [une gamme de produit créée en 2018] en s'inspirant largement du Petit Olivier", explique Eric Renard, directeur général de La Phocéenne de Cosmétique.

Eric Renard affirme avoir été approché quelques années plus tôt par le directeur général de L'Oréal, qui souhaitait alors racheter Le Petit Olivier, mais avait renoncé car ses fondateurs n'avaient pas de "vélléité de vendre".

"Nous avions investi un million d'euros à l'époque dans cette démarche, ce qui pour une entreprise comme la nôtre est colossal et pour L'Oréal est anecdotique", ajoute Eric Renard.
Campagne de publicité L'Oréal
Aujourd'hui, les responsables de La Phocéenne de Cosmétique demandent 600.000 euros de dommages et intérêts.

De son côté, L'Oréal "conteste fermement les allégations de concurrence déloyale et parasitaire avancées par Le Petit Olivier". Le groupe "dément également être entré en négociation avec Le Petit Olivier en vue d'une acquisition".

Le Petit Olivier réalise 30 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel et emploie 110 salariés.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
entreprises économie justice société