• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Chasse à la glu: la LPO porte plainte contre la France devant la Commission européenne

La France autorise la chasse à la glu pour la capture du merle noir. / © Collection Watier/Maxppp
La France autorise la chasse à la glu pour la capture du merle noir. / © Collection Watier/Maxppp

Le Conseil d'Etat a rejeté le recours de la Ligue de protection des oiseaux qui demandait l'interdiction de la chasse à la glu pratiquée dans les Alpes-de-Haute-Provence, les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône, le Var et le Vaucluse. La LPO saisit la Commission européenne.

Par avec AFP

Depuis plusieurs années, la Ligue de protection des oiseaux se bat pour faire interdire la chasse à glu, qui subsiste encore dans le sud de la France. En vain.

"Le Conseil d’État nie le caractère cruel et non sélectif de la chasse à la glu qui reste autorisée dans 5 départements français. La LPO poursuit son action et porte plainte auprès de la Commission européenne" a tweeté l'association: 
La chasse à la glu, qui consiste à capturer des oiseaux principalement les grives et les merles avec de la glu sur des baguettes ou des branches d'arbres est autorisée dans les Alpes-de-Haute-Provence, les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône, le Var et le Vaucluse.

Une chasse "cruelle"

Les chasseurs utilisent des "gluaux" pour la capture "sélective" des grives et des merles noirs "en petites quantités". Une directive européenne interdit ces méthodes depuis 2009, mais la France continue d'accorder
des dérogations quand "il n'existe pas d'autre méthode satisfaisante".

"Les oiseaux se débattent, et plus ils se débattent plus ils s'encollent le plumage", explique le directeur général de la LPO Yves Verilhac. Les oiseaux sont ensuite décollés, gardés vivants avant d'être ultérieurement placés dans des cages afin d'attirer en chantant leurs congénères alors tirés au fusil.  

L'association 30 Millions d'amis condamne elle aussi la décision du conseil d'Etat :  "La cruauté envers les oiseaux va continuer avec l’aval de la plus haute instance administrative. Une décision consternante alors que les effectifs ne cessent de chuter dans nos campagnes".

Une chasse pas si sélective 

La LPO estime que plusieurs dizaines de milliers de petits oiseaux appartenant à des espèces protégées sont ainsi pris au piège, comme les mésanges, les rouges-gorges, voire certains rapaces.

De son côté, l'association nationale de défense des chasses traditionnelles à la grive salue la décision du Conseil d'Etat. Sur son site internet, on peut y voir une vidéo présentant la capture d'une grive avec cette méthode : 

 

Sur le même sujet

Les 3 premiers noms du 59e Jazz à Juan

Les + Lus