provence
alpes
côte d'azur
Choisir une région

Dimanche en politique - Côte d'Azur

Le dimanche à 11h30. Rediffusion le lundi à 9h45.
Logo de l'émission Dimanche en politique - Côte d'Azur

REPLAY. Pandémie : le spectacle vivant en soins intensifs ?

Gil Marsalla, Muriel Mayette-Holtz et Medi sont les invités de Magali Roubaud-Soutrelle. Pandémie : le spectacle vivant en soins intensifs ? A voir dans dimanche en politique le 8 novembre à 11h30 sur France 3 Côte d'Azur. / © Aline Métais/France Télévisions
Gil Marsalla, Muriel Mayette-Holtz et Medi sont les invités de Magali Roubaud-Soutrelle. Pandémie : le spectacle vivant en soins intensifs ? A voir dans dimanche en politique le 8 novembre à 11h30 sur France 3 Côte d'Azur. / © Aline Métais/France Télévisions

Elles ont connues les jauges restreintes pour accueillir moins de personnes et le masque obligatoire pour le public, depuis le reconfinement, les salles de spectacles et les scènes sont privées de public. Pandémie : le spectacle vivant en soins intensifs ? A voir dimanche 8 novembre à 11h30.

Par Magali Roubaud-Soutrelle & Sébastien Lemaire

Revoir l'émission

La culture est à son tour contaminée par la pandémie. Certes les répétitions sont autorisées mais pourquoi faire ? 
Certains artistes tentent d'en profiter pour créer mais le spectacle vivant pour s'adapter, pourrait bien se transformer en spectacle divan...

Le principe du spectacle dit vivant se définit par opposition  au spectacle enregistré avec la présence "physique" d'au moins un artiste.
Cet échange direct avec un public est aujourd'hui impossible. Les théâtres, opéras et scènes de concert sont elles aussi confinées et toutes les représentations sont bloquées. A Nice le TNN a à peine ouvert ses portes avec "les Parents terribles" de Cocteau que le rideau a dû retomber sur le reste de la saison.
A l’opéra, l'annonce du reconfinement est arrivée à 3 jours de la première d'Akhnaten, opéra contemporain de Philipp Glass  une création qui mobilise plusieurs dizaines de personnes, artistes et techniciens.

Gil Marsalla, représentant du Prodiss, syndicats des producteurs privé explique que la situation est catastrophique pour monter un spectacle car les assureurs refusent aujourd'hui de prendre en charge l'annulation d'une représentation pour cause de Covid.

Spectacle vivant sur le divan ?

Alors, le spectacle pour rester vivant s'adapte. Les restrictions sanitaires ont une dérogation. Les répétitions. Pour en faire quoi ?  La direction de l'Opéra de Nice, qui répétait déjà avec une chorégraphe par écran interposée a décidé d'organiser une captation de la première sans public pour ne pas perdre le bénéfice du travail collectif. 

Medi, directeur de Label et auteur-compositeur interprète niçois lui, a lancé sa première "tournée digitale" sur les réseaux sociaux des lieux de concert dans lesquels il aurait pu se produire physiquement mais qui ne peuvent l'accueillir.Des réseaux sociaux qui pourraient, avec l'accord de ceux qui s'y produisent, proposer bientôt un accès payant aux internautes ? Une billetterie digitale qui permettrait de rétribuer le travail des intermittents du spectacle. Plus de 30.000 en France dans le spectacle vivant.

Muriel Mayette-Holtz, directrice du TNN continue de travailler "Chat en Poche" une pièce de Feydeau avec une troupe de jeunes comédiens qu'elle a constituée et avec l'espoir de rouvrir très vite les portes pour la présenter au public.

Plan de relance ou de sauvegarde ?

Aujourd'hui l'état a déjà annoncé un plan de relance de 2 milliards d'euros pour la culture en général et une rallonge de 85 millions pour le spectacle vivant. Une pétition signée également par des producteurs azuréens demande une juste répartition avec les structures indépendantes.

En soins intensifs mais actifs pour leur sauvegarde, les acteurs du spectacle vivant comptent bien le rester...

Pandémie : le spectacle vivant en soins intensifs ?
Une émission présentée par Magali Roubaud-Soutrelle à voir dimanche 8 novembre à 11h30 sur France 3 Côte d’Azur.

Emission enregistrée jeudi 5 novembre dans les conditions du direct.
 

A lire aussi