Enquêtes de région

Un mercredi par mois en 2e partie de soirée
Logo de l'émission Enquêtes de région

Revoir l'émission du 22 novembre “Le loup et le berger : conflit de voisinage“ et ”Retour sur l’affaire du bijoutier de Nice”

© DAVID EBENER / DPA / AFP
© DAVID EBENER / DPA / AFP

Vivre avec le loup est-il encore possible ? Les éleveurs en doutent. Pourtant, la cohabitation en Italie est plus sereine. Pourquoi ? Puis nous vous proposons un retour sur l’affaire du bijoutier de Nice. La forte mobilisation sur Facebook a surpris. Elle interpelle. Elle préoccupe.

Par Thomas Boutet

l'émission en intégralité

Un magazine de 52’ présenté par Hélène MAMAN
> les reportages : Le loup et le berger : conflit de voisinage | Retour sur l’affaire du bijoutier de Nice
 


Le loup et le berger : conflit de voisinage

Un reportage de 26’ de Nathalie Layani - Benoît Loth - Fabrice Gras - Patrick Hubert - Sébastien Lemaire
Pour les éleveurs des Alpes du Sud , il est devenu l’ennemi à abattre : le loup, auteur d’attaques de troupeaux de plus en plus nombreuses. Cette année, dans les seules Alpes-Maritimes, 1800 moutons ont été tués. Plus rien ne semble calmer la colère des éleveurs : les indemnisations et les aides financières pour mieux protéger leurs troupeaux ne règlent pas le problème, pas plus que les "prélèvements", qui n’ont pas permis de réduire les attaques. Vivre avec le loup est-il encore possible ?
Nous avons recueilli le témoignage de bergers qui ont l’impression d’avoir tout essayé. Nous nous sommes également rendus en Italie, dans les Abruzzes. C’est de là qu’est originaire le loup du Mercantour. Là-bas, il n’est pas plus l’ami des bergers, mais la cohabitation y est plus sereine, pour des raisons historiques, culturelles, économiques.
Le modèle italien est-il transposable en France ? Faudra-t-il choisir entre le loup et le pastoralisme ?



Du fait divers au fait de société : retour sur l’affaire du bijoutier de Nice

Un reportage de 26 ’ de France Montagne - Josette Sanna - Céline Rolland - Alexandre Taba - Marc Belleville - Eric Elkoubi - Marc Daniel
Peu de faits divers ont fait la une de la presse locale, nationale et internationale. C’est le cas de l’affaire du bijoutier de Nice, qui a tué l’un des voleurs en septembre dernier, lors du braquage de son magasin. Avec un 1.600.000 "like" sur facebook et moins d’un millier de manifestants dans les rues de Nice, le soutien "virtuel" au bijoutier niçois est sans précédent. Mais aussi virtuel soit-il, ce soutien interpelle, préoccupe. Le braquage de la bijouterie de Stephan Turk a bouleversé l’opinon ; il l’a divisée aussi. D’un côté, ceux qui se sont indignés de la mise en examen du bijoutier pour homicide volontaire ; de l’autre, ceux qui ont été choqués par la banalisation de la mort du jeune braqueur de 19 ans.
Deux mois après ce fait divers, les esprits restent échauffés et l’enquête se poursuit. Nous nous sommes intéressés à l’émergence d’une nouvelle forme d’opinion publique : du fait divers au fait de société.