PointCult'

Tous les samedis à 19h15, juste après le jt de France 3 Côte d'Azur
Logo de l'émission PointCult'

Sherlock Holmes est-il toujours le meilleur des enquêteurs ?

"Sherlock Holmes, au nom de la reine !", spectacle du Collectif niçois La Machine, sur les planches du Théâtre Anthéa à Antibes. / © Frédéric Tisseaux, FTV
"Sherlock Holmes, au nom de la reine !", spectacle du Collectif niçois La Machine, sur les planches du Théâtre Anthéa à Antibes. / © Frédéric Tisseaux, FTV

Le célèbre détective privé est né à la fin du XIXè siècle sous la plume de l'écrivain Arthur Conan Doyle. Aujourd'hui, il apparait sous un nouveau jour dans le spectacle du Collectif La Machine : "Sherlock Holmes, au nom de la reine !". A... 133 ans, est-il toujours le meilleur des enquêteurs ?

Par Jacqueline Pozzi

Revoir l'émission

Londres, 1881.

Le truculent détective privé Sherlock Holmes, secondé par son nouveau colocataire, le Dr Watson, résout brillamment l'affaire dite de "L'étude en rouge". 

Désormais célèbre et ayant pignon sur rue, il devient consultant pour Scotland Yard qui peine à canaliser les machinations criminelles tentaculaires d'une mystérieuse organisation criminelle...


Les éléments sont en place : un décor, les brumeux cocks de Londres à l'ère de la révolution industrielle. Un héros, le détective à la fois génial et déjanté, "machine à raisonner la plus parfaite qui existât sur cette terre". Une intrigue, rocambolesque et terrifiante, qui semble n'avoir d'autre issue que de précipiter Sherlock Holmes vers sa propre chute.

Avec son nouveau spectacle "Sherlock Holmes, au nom de la reine !", le Collectif La Machine, compagnie niçoise de théâtre, nous plonge dès la première seconde dans un univers qu'il manie à merveille : cauchemardesque, drôle, poétique.

Sherlock Holmes, le personnage de fiction le plus utilisé de l'histoire du cinéma

Après avoir adapté Dracula, Peter Pan ou encore Don Quichotte, pour sa création annuelle en collaboration avec le théâtre Anthéa le Collectif La Machine s'attaque cette fois à un monument de l'art du polar.

"S'attaquer à Sherlock, c'est gravir la montagne du canon holmésien" reconnait Félicien Chauveau, à la fois comédien, auteur et metteur en scène de la pièce.

Né sous la plume de l'écrivain britannique Sir Arthur Conan Doyle en 1887, le plus célèbre des détectives tiendra ses lecteurs en haleine pendant 40 ans, au fil de quatre romans et pas moins de 56 nouvelles. Depuis 1900, Sherlock Holmes est apparu dans près de 300 films et séries. C'est le personnage de fiction le plus utilisé de l'histoire du cinéma.

Félicien Chauveau a pris le parti de croiser quatre histoires mytiques de Sherlock Holmes : L'étude en rouge, La Ligue des rouquins, Un scandale en bohème et Le Dernier problème, pour recréer une histoire qui nous mène à la rencontre des personnages incontournables de l'univers holmésien : l'inspecteur Lestrade, de Scotland Yard, l'ensorcelante Irène Adler, l'infâme Professeur Moriarty.

Politiquement incorrect... c'est ce qui fait son charme

Qu'est ce qui fait de Sherlock Holmes un enquêteur au talent et au succès inégalés ? Besogneux ou génial ? "Génial !" selon le comédien Guillaume Geoffroy, qui l'incarne avec une énergie débordante. Scientifique ou intuitif ? "Scientifique pour avoir des bases, mais c'est surtout de l'intuition et du savoir accumulé". Sherlock Holmes est-il politiquement... correct ou incorrect ? "Incorrect ! Politiquement... ça ne passera jamais. Encore moins maintenant... c'est ce qui fait son charme !"

133 ans après sa naissance, dans un monde où les techniques de police scientifique ont considérablement évolué, où les personnages de policiers et de détectives rivalisent de performance et d'ingéniosité dans les films et les séries télé, Sherlock Holmes est-il encore le meilleur des enquêteurs ?

Réponse au théâtre Anthéa à Antibes, où "Sherlock Holmes, au nom de la reine !" se jouait jusqu'au 25 janvier 2020. Et dans l'émission Point Cult', ce samedi 18 janvier à 19h15, sur France 3 Côte d'Azur.

 A voir aussi les vendredi 7 et samedi 8 février à 20h30 dans la salle Jean Vigo de l’Espace Magnan à Nice
 

A lire aussi