Cet article date de plus de 4 ans

Enquêtes de région : le don du sang et les maisons-relais pour personnes démunies ce mercredi

Chaque mois, deux reportages pour décrypter et comprendre les faits marquants de l’actualité régionale. Ce mercredi 2 novembre, après le Grand Soir 3, retrouvez une enquête sur le don de sang et sur les maisons-relais pour personnes démunies.
Chloé, dont la vie dépend en grande partie du sang des autres. Enquête de région, ce soir après Soir 3.
Chloé, dont la vie dépend en grande partie du sang des autres. Enquête de région, ce soir après Soir 3. © F3

Un toit pour revivre

Un reportage de Laure Bolmont - Pauline Guigou - Christian Herregods - Rachid Bachi - Nicolas Harlé.

un toit pour revivre enquêtes de region replay

Sur le papier, elles sont nées en 1997 : les maisons-relais accueillent des personnes en rupture sociale ou en grande précarité. Elles combinent logements autonomes et espaces collectifs pour favoriser une resocialisation en douceur.
Le principe est de donner le temps nécessaire aux résidents pour se reconstruire, parfois plusieurs années. Un habitat durable pour ceux qui n’ont plus rien, une étape refuge sur le chemin de la dignité, de la confiance en soi et de l’autonomie financière.
A côté d’Aubagne, dans le village de la Bouilladisse, le Nid Saint-Georges est l’une de ces structures. Ouverte en 2009, elle reste une exception dans son genre : par sa composition et son fonctionnement, elle bouscule les codes du travail social et propose des alternatives qui fonctionnent.
Pour la première fois, cette maison a ouvert sa porte à une équipe de télévision.
Nous sommes allés à la rencontre de ses occupants, les habitants comme les travailleurs sociaux qui les accompagnent.

Don du sang, don de soi

Un reportage de Coralie Becq - Frédéric Cerrulli - Laurent Verdi - Kevin Berg - Eric El Koubi - Jérémy Crunchant.

don du sang, don de soi replay

Le don du sang en France, c’est plus de 2 millions de prélèvements chaque année. Ces précieuses poches permettent de soigner 1 million de patients.
Deux régions ne sont pas auto-suffisantes : l’île-de-France et PACA, qui consomment plus de sang qu’elles n’en collectent.
En Provence-Alpes-Côte d’Azur les stocks sont faibles, il manque 200 poches par jour...
Le don de sang, ce don de soi, est une évidence pour une partie de la population, mais ce n’est pas un automatisme pour tout le monde.
Alors quels sont les leviers pour mobiliser plus de donneurs ? Et pourquoi ce manque de sang ?  Nous avons mené l’enquête auprès des acteurs de cette chaîne de vie.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
à l'antenne vos rendez-vous