Cet article date de plus de 4 ans

Le Fort des Têtes à Briançon reconverti en hôtels de luxe et centre commercial

Un promoteur veut réhabiliter le Fort des Têtes, conçu par Vauban et surplombant Briançon (Hautes-Alpes). Le projet privé prévoit de transformer l'ancienne caserne en plusieurs hôtels de luxe et centre commercial d'ici 2020. L'opération soutenue par la ville est estimée à 60 millions d'euros.
© SEBASTIEN JARRY/ Maxppp
Le Fort des Têtes, perché à 1.440 mètres d'altitude au-dessus de Briançon, est inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2008. Dans une dizaine d'années, l'ancienne caserne du XVIIIe siècle pourrait abriter deux hôtels quatre et cinq étoiles de 95 chambres et suites, un restaurant gastronomique et deux espaces bien-être (spa, sauna, hammam), implantés dans les anciens réservoirs d'eau voûtés et l'ancienne poudrière.

Un téléphérique entre la ville et le Fort


Le site, dont les 12 bâtiments principaux étaient "en état de péril" depuis son abandon par l'armée en 2009, accueillera aussi un centre des congrès, un amphithéâtre de 250 places ainsi qu'un centre commercial destiné à la clientèle locale et touristique.
Quelque 300 emplois devraient ainsi créés. Les anciens logements seront réhabilités en logements locatifs à destination des Briançonnais. Un téléphérique qui reliera la vieille ville au fort doit également être construit. Le projet table sur 50.000 visiteurs, dont la moitié d'étrangers, la première année et près de 100.000 dès la suivante. 

Près de 150 investisseurs français ont adhéré à ce projet innovant et financier qui répond à trois objectifs : un investissement sur 17 ans, une rentabilité de près de 9% par an et une défiscalisation à 100%,

détaille Ludovic Arnaud, président de Next Financial Partners, la société qui porte le projet, créée à Saint-Étienne l'an dernier. Ce projet privé est soutenue par la ville de Briançon.

Un projet crédible et sérieux


"L'État, la région Paca, le département et la municipalité investissent chaque année 1,5 million d'euros (dont 20% à la charge de la commune) dans des travaux de sauvegarde", fait valoir le maire Gérard Fromm (PS) qui tente de valoriser le site depuis 2009. "On m'a présenté des projets farfelus comme, par exemple, un golf de 18 trous autour des remparts. Aujourd'hui, le projet est crédible et sérieux", soutient l'élu.

Le financement de l'opération s'appuie sur plusieurs dispositifs de défiscalisation. Le permis de construire doit être déposé fin octobre pour un début des travaux en mai 2018 au plus tard.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie