Hautes-Alpes : le brame du cerf, un moment unique pour observer les cervidés

C’est un cri rauque, reconnaissable entre tous. Le brame du cerf retentit actuellement dans les forêts de notre région. Les mâles jouent des cordes vocales pour séduire les biches. Un spectacle qui attire les curieux mais qui imposent des précautions.

De la mi-septembre à la mi-octobre, dès la tombée de la nuit, le brame du cerf résonne dans les forêts haut-alpines. Pendant un mois, les mâles vont donner de la voix pour tenter de séduire les femelles. C’est la seule période où les biches sont fertiles alors il faut faire vite.

Un cerf va perdre 30 à 40% de son poids pendant le brame

"Pendant cette période, les mâles ne s’alimentent plus, explique Jean-Marc Léouffre, agent de l’Office Français de la Biodiversité (OFB) des Hautes-Alpes, qui veille à la tranquillité des cervidés en cette période capitale. Ils ne pensent qu’au brame, qu’à la reproduction, qu’à conserver le groupe de femelles qu’ils ont acquis. Ils y laissent beaucoup d’énergie et perdent entre 30 à 40% de leur poids". Les testicules, elles, vont tripler de volume pendant le rut. Il faut dire qu'un mâle peut féconder jusqu’à 100 femelles.

Les plus gros mâles peuvent peser jusqu'à 250 kg

Le cerf élaphe est le plus gros mammifère terrestre présent en France métropolitaine après l’ours brun des Pyrénées. Il a une hauteur au garrot d’environ 1m50 et son poids adulte peut aller de 120 à 250 kg pour les plus gros spécimens. Il a été introduit dans les Hautes-Alpes dans les années 70, dans le massif du Beauchêne. Depuis, il n’a cessé d’étendre son territoire. Au point d’être présent aujourd’hui, sur tout le département.

Cet animal forestier se nourrit et se déplace surtout la nuit. Il est donc très difficile à observer, sauf pendant le brame où les animaux se rassemblent pour se reproduire (voir encadré) dans de grandes clairières. Des endroits propices pour repérer d’éventuels prédateurs et écarter les jeunes cerfs concurrents.

Dans le Buëch, une auberge propose des soirées gastronomiques au son du brame

Dans les gorges d’Agnielles, au sud des Hautes-Alpes, une auberge propose des repas au son du brame. "L’idée est de proposer un bon repas faits à partir de produits locaux et d’inviter les convives à sortir sur le fronton et tendre l’oreille entre les plats", expose Kévin Leguédois, l’aubergiste des Sabots de Venus.

Ce soir-là malheureusement, pas un brame à l’horizon. La nature reste imprévisible. Car que ce soit pour éviter les chasseurs ou les attaques de loups, les hardes se déplacent beaucoup. Pour cette fois, les clients devront se contenter d’imaginer car c’est beaucoup plus tard dans la nuit que le roi des forêts a daigné donner de la voix. 

Si vous voulez en profitez, vous avez jusqu’aux environs du 15 octobre pour pouvoir écouter le brame. Après cette date, les grands cerfs épuisés vont se retirer dans les profondeurs de la forêt pour reprendre des forces. Après 8 mois de gestation, les femelles fécondées donneront naissance à un, voire deux petits faons, entre les mois de mai et de juin.

Le brame du cerf, à écouter en restant discret

Le brame du cerf attire chaque année de nombreux curieux. Mais des précautions s’imposent pour ne pas perturber la faune pendant ce cycle crucial pour leur reproduction. "C’est une période où l’on peut les observer plus facilement que pendant le reste de l’année, explique Thierry Coulée, chef de service adjoint à l’OFB des Hautes-Alpes. Les cerfs peuvent être visibles jusqu’au lever du jour, voir même en plein jour. Comme ils sont occupés à bramer, à se concurrencer, ils sont moins attentifs à notre présence. Mais en même temps, ils sont plus vulnérables et en cherchant à les observer, on risque facilement de les déranger et de les perturber".  

Les agents de l’Office Français de la Biodiversité (OFB) sont donc particulièrement vigilants durant cette « saison des amours ». Pendant un mois, ils enchaînent les missions de surveillance sur l’ensemble des Hautes-Alpes. En ligne de mire, l’utilisation des phares des voitures ou de projecteurs pour observer les animaux. Le dérangement lumineux est strictement interdit et passible d’une amende allant jusqu’à 750€.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature environnement économie forêt