36 morts cet été en Méditerranée. nombre en hausse

En 2010, la préfecture maritime avait recensé 24 décès et cinq disparitions au long de la saison estivale

Par Yves LEBARATOUX (avec AFP)

Trente-six personnes ont péri cet été en Méditerranée, avec notamment une hausse du nombre d'accidents de plongée avec bouteille (73, dont 13 mortels), a annoncé la préfecture maritime de Méditerranée. En 2010, la préfecture avait recensé 24 décès et cinq disparitions au long de la saison estivale.

Cet été, 36 personnes sont mortes, dont 10 plongeurs bouteille, 3 chasseurs apnéistes, 10 baigneurs et 2 kitesurfeurs, selon les chiffres du CROSS-Med (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage de la Méditerranée).
Au total, le nombre des opérations coordonnées par le CROSS-Med a augmenté de 8% par rapport à 2010, avec 1.958 interventions.
Le Var demeure le département où se concentre le plus grand nombre d'opérations.

La région Paca génère à elle seule 55% des interventions du CROSS, le Languedoc-Roussillon 19%.
 "Les accidents de baignade avec une issue fatale demeurent la première cause de mortalité en mer", précise le CROSS.
Pour le vice-amiral d'escadre Yann Tainguy, préfet maritime de la Méditerranée, cette augmentation est liée la "hausse de la fréquentation des touristes sur nos côtes" ainsi qu'à un "mois de juin assez meurtrier" par rapport aux années précédentes.
Les accidents de plongée sont souvent le fait de personnes de plus de 40 ans qui plongent à plus de 50 mètres, des plongeurs expérimentés mais "qui prennent des risques et présument de leurs forces", a souligné le vice-amiral Tainguy.

Cette "imprudence sur laquelle il est difficile d'agir" relève plutôt de la "responsabilité individuelle", la sécurité dans les clubs et les structures de plongés inspectés par les services de la préfecture maritime s'avérant "globalement de très bonne qualité", a-t-il ajouté.
Quant au kitesurf, "malgré l'encadrement rigoureux et très professionnel de ce sport", deux décès sont à déplorer, notamment en raison des "longues périodes de fort vent en juillet et en août", relève le CROSS-Med.

Par ailleurs, le vice-amiral Tainguy s'est félicité de la baisse des infractions constatées malgré "20% de contrôles supplémentaires" des estivants. "C'est assez encourageant, cela veut dire que la pédagogie commence à payer", a-t-il estimé.

Sur le même sujet

Les + Lus