Eric Ciotti : Encadrement militaire de délinquants

La proposition de loi a pour but de créer un service citoyen pour les délinquants mineurs récidivistes

Par Yves LEBARATOUX (avec AFP)

video title

Ciotti : Encadrement militaire de délinquants

La proposition de loi d'Eric Ciotti a pour but de créer un service citoyen pour les délinquants mineurs récidivistes. Présentée comme une alternative à la peine de prison, ce service serait encadré notamment par des anciens militaires

La proposition de loi d'Eric Ciotti a pour but de créer un service citoyen pour les délinquants mineurs récidivistes. Présentée comme une alternative à la peine de prison, ce service serait encadré notamment par des anciens militaires.

La prison ou le service citoyen! C'est, en substance, le choix qu'entend offrir Eric Ciotti aux mineurs délinquants récidivistes. Le président du conseil Général des Alpes-Maritimes, en charge des questions de sécurité à l'UMP, a déposé une proposition de loi dans ce sens. Une idée soutenue par le Chef de l'Etat. Ce service citoyen qui pourrait voir le jour dès l'an prochain, serait encadré notamment par d'ex-militaires à la retraite.

E.Ciotti se dit soutenu par N.Sarkozy

Eric Ciotti, député et secrétaire national de l'UMP en charge de la sécurité, s'est prévalu  du soutien de Nicolas Sarkozy à sa proposition de loi visant à encadrer militairement les mineurs délinquants, mesure dont Ségolène Royal a aussitôt revendiqué la paternité.
"La mesure que je propose, voulue par le président de la République, consiste, pour un mineur de 16 ans qui a été condamné, à exécuter sa peine au sein d'un Etablissement d'insertion de la Défense" (Epide), a indiqué Eric Ciotti dans une interview au Parisien.

Fixée par le magistrat qui prononcera la peine, la durée de ce service citoyen serait comprise "entre quatre et six mois". La mesure s'imposerait "au jeune condamné" qui, s'il la refuse, "devra exécuter une peine d'emprisonnement". "Le choix est clair et exigeant : soit le service citoyen, soit la prison!", martèle-t-il.
"Encadrés par d'anciens militaires", mais aussi des "enseignants de l'Education nationale, des formateurs", ces jeunes "recevront une triple formation": remise à niveau scolaire, apprentissage d'une activité professionnelle, éducation citoyenne et comportementale, et pourront également "effectuer des tâches" de type "travail d'intérêt général", a ensuite précisé l'élu des Alpes-Maritimes.

Actuellement, "sur 65.000 détenus en France, 757 sont des mineurs. (...) Or la prison doit être l'ultime recours", a poursuivi Eric Ciotti, pour qui la délinquance des mineurs est la plus insupportable" car elle met "le jeune en situation de danger" et "parce que, très souvent, un mineur délinquant récidiviste (devient) un adulte délinquant".
Selon lui, la proposition devrait être examinée à l'Assemblée en octobre.
Dans une première réaction, la candidate à la primaire socialiste Ségolène Royal a réclamé une mise en oeuvre immédiate, tout en soulignant "qu'il s'agissait d'une de ses "propositions de la présidentielle de 2007 et d'aujourd'hui".
"J'ai trouvé une solution, la droite s'en empare, qu'elle le fasse tout de suite, les Français en ont assez des promesses sans lendemain", a proclamé Mme Royal en marge d'une visite dans le quartier sensible du Mirail à Toulouse.

Il suffit de "généraliser ce qui est déjà expérimenté", a-t-elle fait valoir.
Dans une interview au JDD.fr, l'ancien ministre socialiste Daniel Vaillant s'est en revanche montré très critique.
"C'est une proposition électoraliste de M. Ciotti. (...) Si on veut que les gens ne soient pas délinquants, il faut mieux les éduquer, mieux les préparer à vivre leur engagement citoyen", a affirmé Daniel Vaillant.
Selon lui, "cette proposition est purement démagogique et n'a pas pour objet de traiter les problèmes. Je voudrais qu'on traite en amont les difficultés des jeunes mineurs délinquants, pas en les +encasernant+".
"Ce ne sont pas des réponses, ce sont des slogans. Ça n'est pas pour répondre à l'opinion publique qu'il faut travailler, c'est pour répondre à la problématique des jeunes qui sont en galère", a-t-il encore clamé.

Voir le reportage ci-joint : Jean-Bernard Vitiello : Journaliste

                                            Laurence Collet : Journaliste Reporteur d'images

                                            Claire Delannoy : Monteuse

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus