Fuites au Bac S : vers une blague de potache

5 mois après l'affaire des fuites au Bac, l'enquête s'oriente vers une blague de potache.

Par Régions

Les accusations se dissipent autour du principal suspect, un lycéen de terminal S. Accusé d'acoir été à l'origine de la fuite d'un sujet de maths via internet, il a vu sa mise en examen lévée le 21 novembre.

Le juge a considéré que ce lycéen de terminale S, qui a finalement eu son bac avec mention et 14 en maths, ne pouvait être certain d'être en possession du véritable sujet du bac. Il a également été blanchi le 4 novembre par l'enquête disciplinaire de l'université Paris-Ouest/Nanterre où il s'est  inscrit. Il pourra donc y poursuivre ses études.
Le lycéen ne savait pas d'où venait le sujet
Le lycéen avait reconnu avoir pris en photo, grâce à son téléphone portable, l'exercice que lui avait montré un camarade sur une feuille, avant de l'envoyer par MMS à un autre lycéen. Le frère de ce dernier l'avait ensuite mis en ligne. Or c'est lors d'"une rencontre fortuite" avec ce camarade que le lycéen a "pris en photo une feuille" sur laquelle ne figurait "aucune inscription officielle ni aucune mention relative au bac" et dont il ne connaissait pas "la provenance exacte", conclut le juge Alain Cadet.

Une imprimante du rectorat d'Aix-Marseille

3 jeunes hommes avaient été mis en examen pour fraude aux examens et placés sous contrôle judiciaire.Le père de l'un d'eux, soupçonné d'être "la source", avait été interpellé. Ce salarié dans une entreprise de maintenance d'imprimantes, avait déclaré avoir incidemment récupéré le document lors de l'entretien d'une imprimante au rectorat d'Aix-Marseille.   Mais, selon le témoignage de son fils, il ne savait pas que celui-ci avait récupéré le document.


 


 

Sur le même sujet

Les + Lus