G.Piel (PCF) condamné pour outrage envers huissier

Il est reproché au conseiller régional et municipal d'Antibes d'avoir insulté un huissier, lors d'une expulsion locative

Par Yves LEBARATOUX (avec AFP)

video title

Grasse : G.Piel (PCF) condamné pour outrage

Gérard Piel, conseiller régional et conseiller municipal (PCF) à Antibes (Alpes-Maritimes), a été condamné à une amende de 1.000 euros par le tribunal correctionnel de Grasse pour avoir, alors qu'il assistait à une expulsion locative, insulté un huissier

Gérard Piel, conseiller régional et conseiller municipal (PCF) à Antibes (Alpes-Maritimes), a été condamné à une amende de 1.000 euros par le tribunal correctionnel
de Grasse pour avoir, alors qu'il assistait à une expulsion locative, insulté un huissier.

L'avocat de l'huissier, qui avait porté plainte, avait demandé que l'élu soit suspendu de ses mandats électifs, mais ni le ministère public, ni le juge ne l'ont suivi.

"Je n'ai pas insulté cette personne, que je n'avais même pas identifiée comme étant un huissier. De toutes les façons, ce n'est pas ma façon de faire, quelle que soit la situation", a souligné l'élu, membre depuis 2001 du collectif local Droit au logement pour tous.

L'élu a décidé de faire appel de la décision. Pour lui, il s'agit d'un "jugement politique".
"On veut nous faire taire parce qu'on gêne. Tous les maires des grandes villes des Alpes-Maritimes sont hors-la-loi au regard de la loi SRU" (loi de Solidarité et de renouvellement urbain), a-t-il ajouté.
Cette loi, votée en 2000, impose aux communes de plus de 3.500 habitants d'atteindre un quota de 20% de logements sociaux, en prévoyant un système de pénalités financières en cas de manquement à l'obligation. "Sur Antibes, il n'y en a que 7% et 3.500 familles attendent un logement social", selon Gérard Piel.
Les faits qui lui étaient reprochés remontaient au 11 mai 2010, alors qu'il était encore vice-président de la région Paca. Il s'était déplacé chez un homme qui menaçait de faire sauter des bouteilles de gaz pour protester contre son expulsion.

Dans un communiqué, le PCF départemental déplore qu'un "militant du droit au logement depuis des années" ait été "condamné pour délit de solidarité".
 

Sur le même sujet

Les + Lus