Juif ou pas: l'application iphone suspendue

Un informaticien marseillais commercialise sur l'Apple store une application pour connaître la judaïté de personnalités.

Par Xavier COLLOMBIER

Actualisation 15 septembre 10h00: "Cette application va à l'encontre de la législation locale et n'est plus disponible sur l'Apple Store en France", a déclaré à l'AFP un porte-parole d'Apple, Tom Numayr.
   

Vendue 79 centimes depuis un mois, cette application offrait une liste de 3.500 personnalités d'origine ou de religion juive, et avait suscité l'indignation d'associations antiracistes et des jeunes du Parti socialiste.

 


"Juif ou pas"... cette application disponible dans l'appleStore s'est hissée au top du classement ce mercredi des applications les plus téléchargées pour Iphone.

Son principe est simple, on tape le nom d'une personnalité et le logiciel de vous répondre si la personnalité est bien juive ou pas.

Seulement voilà, en France il est illégal de conserver des listes de noms qui font apparaitre les origines raciales ou ethniques. Le code pénal stipule que ce délit est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 300 000 euros d'amende.

Aux Etats-Unis, le pays d'apple, constituer de telle liste n'est pas un délit. La célébre firme de Cupertino a donc validé sans aucun problème l'application de Johan Levy, informaticien de confession juive et résidant à Marseille.

Pour le  Nouvel Observateur ,dans son édition en ligne, et avec les conseils toujours hors pair de Maître Eolas:

"Apple peut être attaqué sur deux points : soit la 'complicité par fourniture de moyens', c'est-à-dire la mise à disposition de l'application sur l'AppStore, soit le 'recel', puisque pour chaque vente de l'application Apple touche 40% des bénéfices".

Le représentant légal d'Apple en France pourrait ainsi encourir jusqu'à cinq ans de prison et jusqu'à 375.000 euros d'amende. Apple pourrait aussi être poursuivie comme personne morale et encourir jusqu'à 1,875 millions d'euros d'amende."

                       

Notre reportage en vidéo

Juif ou pas: l'application iphone suspendue (2)

La tribune de l'informaticien marseillais

Toujours dans l'édition en ligne du Nouvel Observateur, Johann Levy s'explique.

Nous publions ici sa tribune:

              
 

"Juif pratiquant, descendant d'une famille dont certains membres ont été déportés durant la seconde Guerre mondiale, j'ai été taxé hier d'antisémite. Mon tort ? Avoir créé l'application iTunes "juif ou pas juif", qui permet de savoir qui est juif ou non parmi une liste de personnalités, dans des catégories très diverses. Il s'agissait de ma première application personnelle, et je regrette qu’un buzz aussi négatif ait suivi sa sortie. Je regrette certains articles, certains dessins, notamment sur "Le Plus". Ramener Hitler là-dedans est pour moi complètement déplacé.

L'idée de départ de mon application était pourtant ludique et positive : permettre de créer un sentiment de fierté parmi les juifs. Dans la communauté, il y a souvent des discussions pour savoir qui, dans les personnes qui réussissent, sont talentueuses, célèbres, est de confession juive (ou non). L'idée n'est aucunement d'imaginer une quelconque supériorité d'un groupe ethnique sur un autre – d'autant plus qu'il y a une part beaucoup plus importante de non-juifs tout aussi talentueux ! – mais bel est bien d'être fier !

C'est la même chose dans n'importe quelle minorité, religieuse ou non. La fierté d'appartenir au même groupe qu'une personne qu'on admire est naturelle.

Si l'application s'était appelée "célébrités bretonnes", ça n'aurait choqué personne ! Les bretons n'ont pas la même histoire que les juifs, certes, mais en France, en 2011, je suis triste de constater que le mot "juif" qui est aussi tabou. En 70 ans, la société n'a pas beaucoup évolué.

Je ne comprends pas pourquoi savoir qu'on est juif, même si on l'enregistre, créerait de l'antisémitisme. Si on discrimine quelqu'un c'est mal, mais connaitre l'origine et les croyances d'une personne ne devrait pas poser de problème.

Aux Etats-Unis, il existe un site intitulé "jew or not", qui a à peu près la même finalité que mon application, et là-bas, cela n'a choqué personne. Je suis ingénieur informatique dans une entreprise britannique. Et je peux vous dire qu’en Angleterre ,dans le questionnaire que l’État envoie pour le recensement de la population, il est demandé aux particuliers d'indiquer leur confession religieuse. On coche la case "catholique", "musulman", "juif" etc. Cela ne choque personne.

Pourquoi cela devrait être différent en France ? Pourquoi en France on ne pourrait avoir un débat sain sur ce sujet ? Pourquoi on est tout de suite dans la polémique ? Je pose la question.

Pourquoi David Abiker d’Europe 1 s'est-il senti attaqué du fait que son nom figure dans l'application (à tort ou à raison) ? Est-ce une insulte ? Pourquoi considère-t-il que je "généralise" en écrivant "LES juifs" quand lui-même affirme que "LES Français" ne veulent pas de cette application ?

La France est un pays laïc, c’est vrai, mais la laicité c'est aussi l'acceptation de toutes les croyances, pas la haine des croyances des autres.

On a qualifié l’application de "dangereuse" mais croyez-bien, les antisémites, racistes, ou autres personnes haineuses n'ont pas besoin d’une appli iPhone pour déverser leur haine de l'autre. Tout existe déjà sur Internet, la seul nouveauté ici est le support qu’est l’iPhone.

S'il faut censurer l'application, comme j'ai pu le lire ici ou là, censurons aussi Wikipedia, qui propose la même fonctionnalité… censurons les blogs, censurons Google, qui propose dans ses résultats de recherche le mot "juif" lorsque l'on tape le nom de quasiment chaque personnalité française.

Tiens… Et pourquoi ces résultats, d'ailleurs ? Parce que cela intéresse les gens."

Le Buzz sur les réseaux sociaux et l'internet

Une "curation" rapide du média internet démontre l'incroyable buzz provoqué par cette affaire, voir notre sélection de post(s) et d'articles partagés sur la toile. Notre Storify de l'affaire:

Sur le même sujet

Les + Lus