La bataille pour Marseille se joue dans la 5e

L'enjeu du duel UMP-PS, Renaud Muselier-Marie Arlette Carlotti, dans la 5e va bien au-delà de ces législatives.

Par Provence Alpes

C'est sans doute ici que se jouent les prochaines municipales à Marseille. Renaud Muselier qui rêve depuis des années de succéder à Jean-Claude Gaudin hypothèquerait fortement ses chances en cas d'échec dimanche, Marie Arlette Carlotti, elle, a toutes les chances de s'imposer en nouvelle patronne du PS local en cas de victoire.

Reportage : l'ambiance du 1er tour dans la 5e.

Le PS avec une courte longueur d'avance

L'élection n'est encore pas dans la poche de la socialiste Marie Arlette Carlotti, elle ne devance que de deux petits points le député UMP sortant Renaud Muselier dans son fief de la 5e circonscription de Marseille. Marie Arlette Carlotti a réussi à créer la surprise en améliorant le score réalisé par François Hollande au soir du 22 avril (26,97 %), et les résultats du deuxième tour de la présidentielle lui laissent croire qu'elle peut l'emporter (50,22 %). La ministre marseillaise s'en est dit "très fière" mais elle le sait "elle n'a pas gagné car c'est une circonscription très difficile".
 

 

 

La ministre joue son fauteuil

Marie Arlette Carlotti est l'une des 24 ministres du gouvernement Ayrault engagés dans ces législatives. En cas d'échec dimanche, elle perdra du même coup, sa délégation aux personnes handicapées. Contrairement aux autres ministres en lice dimanche, la candidate socialiste ne part pas favorite pour le second tour. Dès hier soir elle a appelé à "un rassemblement du Front de Gauche, des écologistes et de tous les républicains". mais la partie s'annonce très serrée.

Les municipales en ligne de mire

Député sortant, Renaud Muselier a bien dit qu'il ferait tout pour empêcher une victoire de la gauche dans cette 5e circonscription qui a toujours été un avant poste pour les municipales. Présent au Palais Bourbon depuis 1993, l'ancien secrétaire d'état aux affaires étrangères, également adjoint au maire de Marseille, rêve toujours à 53 ans de devenir le premier magistrat de la ville. Un échec dimanche lui en coupera définitivement la route.
Si Marie Arlette Carlotti s'impose, c'est en revanche une voie royale qui s'ouvre à elle. Forte de sa nouvelle notoriété gagnée dans les urnes elle pourrait nourrir de nouvelles ambitions locales. Celle qui s'est fait connaître localement par son opposition au système Guérini, pourrait profiter de ce tremplin pour s'imposer en force au niveau de la fédération locale. Voilà qui viendrait sans doute contrer les projets de Patrick Mennucci, lequel sera sans douté élu dimanche prochain député dans la 4e et dont on connaît les aspirations à la mairie de Marseille, et ceux d'Eugène Caselli, le prédident de Marseille Provence Métropole, autre possible candidat socialiste à la mairie de Marseille. 

Sur le même sujet

Les + Lus