La belle jeunesse du monde de la pétanque

Zoom sur ces jeunes joueurs de pétanque qui véhiculent des valeurs d'humilité et de travail.

Par Frédéric Guillout

La Marseillaise parfois a mis en lumière de jeunes bras qui eux-même l'avaient illuminée de leur talent. Je pense à Denis Scarzella, et de ses sanglots émouvants, lorsqu'il perd la finale sur le Vieux-Port. Ce joueur, redoutable, je l'avais croisé à Nancy, lorsque je participais au championnat de France Junior, qu'il avait d'ailleurs remporté...

Aujourd'hui, une nouvelle génération de joueurs émergent, et bousculent la hiérarchie en place. Le phénomène se répète évidemment par cycle. Penchons nous justement sur ceux-là qui font frémir les classements...

Dylan, sans conteste

Il n'y a pas le moindre mystère : le boss en place, c'est Dylan Rocher. A peine plus de 20 ans, et il impressionne déjà par son palmarès. Je ne vais pas le détailler ici, mais résumons en disant seulement qu'il gagne à peu près toutes les compétitions et tous les championnats majeurs. En 2010, à 18 ans, il surclasse tout le monde, et remporte sa première Marseillaise. Et ce qui impressionne le plus chez lui, c'est cette maturité bouliste. Ok, il arpente depuis tout petit les terrains de boule avec son père, champion du Monde, Bruno, mais quand même. Dylan incarne le virage moderne du sport pétanque. Fraîcheur, humilité. Mais surtout, sous sa cool-attitude érigée en marque de fabrique, c'est Pearl Harbor ! Le petit jeune bombarde avec une facilité assez bluffante. On le regarde, et l'on se dit que c'est simple finalement, de tirer. Peut-être, sauf qu'il est le seul à obtenir de telles moyennes, et de tels résultats.

Et les autres ?

Mais quand donc verra t-on à la Marseillaise de ces joueurs qui font la loi actuellement ? L'un des plus remarquables du moment reste Sévilla. Lui aussi, il est marqué par la cool-attitude. Discret, mais redoutable. Il se place lui aussi parmi les meilleurs joueurs de France, et donc, sans aucun chauvinisme, du monde. Et évoquer Sévilla m'amène à évoquer Philipson. Champion de France 2010, vice-champion l'année suivante, battu face à...Sévilla ! Dommage que ces joueurs ne viennent pas flirter avec la Marseillaise...Je rêve d'une triplette Rocher-Philipson ( ils sont potes) associés à un... Gasparini. Ces trois là, il faudrait aller les prendre ! Ou aussi un Sévilla-Savin-Rousseau...Sans oublier Puccinelli, Le Boursicaud...Bref, les prochaines années nous réservent encore du spectacle et de la qualité. Pour une pétanque en adéquation avec son temps : offensive et sans complexe.

Tous les articles du blog spécial Mondial La Marseillaise à Pétanque

La belle jeunesse du monde de la pétanque

Sur le même sujet

Les + Lus