• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

La déclaration de Michel Vauzelle à A Montebourg

Pour répondre à la lettre d'Arnaud publiée dans Libé.fr, Michel déclare sa flamme.

Par Xavier COLLOMBIER

"Chère Martine, Cher François" écrit le faiseur de roi, Arnaud Montebourg, dans sa lettre dont Libération publie ce mardi soir un fac similé. Michel Vauzelle prend aussitôt la plume et dans un communiqué, au pays du pastis, lui répond :

 "Un Montebourg .............................sinon rien?"

Jeudi le député de Saône et Loire mettra en ligne les réponses, ou les lettres mortes, de Martine et François sur son blog.

En attendant, Michel Vauzelle a pour Arnaud les yeux de Chimène..."Le message d'Arnaud Montebourg n'est pas à la gauche de la gauche. Il est au cœur des valeurs de la gauche" explique le député du pays d'Arles.

"Il y a déjà longtemps, l'antimondialisme rassemblait la grande majorité de la gauche lorsque les socialistes français se retrouvaient en masse chaque année à Porto Alegre. J'y étais. Nous nous sommes appelés ensuite, à juste titre, les « altermondialistes ». Aujourd'hui, la gauche doit rappeler que l'argent-roi des grands multinationales financières a dérobé leur souveraineté aux peuples."  déclare Michel en champion de la démondialisation  made in Montebourg.

                

           
"C'est le message des « indignés » que la gauche française porte aussi au nom des valeurs de la République. Face à Nicolas Sarkozy et au « club du Fouquet's », nous devons en effet restaurer la République, les Droits de l'Homme, les Droits des jeunes et les services publics." évoque Michel Vauzelle.

Il conclut lyrique: "Comme on a pris la Bastille en 1789, on a pris la parole en 1968 et le pouvoir en 1981. On doit établir une nouvelle forme de démocratie en 2012 prenant en compte le désarroi, la souffrance sociale et la soif de dignité et de respect des citoyens."

Avec un tel appel du pied comment Arnaud va-t-il pouvoir résister?

Montebourg dans sa lettre à Martine et François pose ses conditions: «Nous allons les interroger sur le contrôle financier, le protectionnisme industriel, la VIe République et la lutte contre la corruption», les candidats «devront nous donner des réponses écrites et précises. Nous les publierons pour que les électeurs puissent faire leur
choix!»

Au nom de François, Michel lui a déjà répondu ce soir.

A lire aussi

Sur le même sujet

Le défi d'un Monégasque : nettoyer la Méditerranée en paddle

Les + Lus