Le Préfet de Région pourrait interrompre le débat

Les préfets 13-83-06 arrêteront la concertation si l'échange n'est plus serein et constructif

Par Yves LEBARATOUX (avec AFP)

video title

LGV PACA : ITW Préfet 83 et opposant

Le préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca), Hugues Parant, envisage d'interrompre le cycle de débats entamés en septembre à propos de la Ligne à Grande Vitesse (LGV), face aux "difficultés rencontrées sur certains territoires"

Le préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca), Hugues Parant, envisage d'interrompre le cycle de débats entamés en septembre à propos de la Ligne à Grande Vitesse (LGV), face aux "difficultés rencontrées sur certains territoires".

Hugues Parant "vient d'adresser un courrier aux préfets" des trois départements concernés (Bouches-du-Rhône, Var, Alpes-Maritimes), "leur demandant d'apprécier l'opportunité de poursuivre la consultation. Il leur propose de l'interrompre si les conditions d'un échange serein et constructif n'étaient plus réunies", souligne la préfecture.

Cette phase de "concertation du public" devait permettre au comité de pilotage de choisir entre les quatre scénarios retenus pour le tracé de la future ligne, qui traversera la région à l'horizon 2023. De premiers arbitrages sont attendus lors d'une réunion de conclusion le 22 décembre.
Mais finalement, ce comité "ne sera en aucun cas décisionnel pour ce qui concerne le choix du tracé et des sillons à retenir", précise la préfecture.

Séquestration Réseau Ferré de France au Luc

Manifestation à Sanary

En revanche, il "permettra d'identifier les points qui devront faire l'objet d'un approfondissement par les équipes de RFF (Réseau ferré de France, NDLR), et tout particulièrement ceux qui ont pu occasionner des crispations et des oppositions lors des débats publics récents", ajoute-t-elle, soulignant que "ce travail devra être conduit d'ici à l'été 2012".

Si un consensus semble s'être fait sur le passage de la LGV en gare Saint-Charles à Marseille, à Nice-aéroport et Nice-ville, ainsi que dans l'est du Var (vers Draguignan-Les Arcs), il reste encore un gros point noir autour de la future gare toulonnaise: Toulon-centre ou Toulon-ouest.
C'est à l'implantation de cette gare qu'agriculteurs, viticulteurs et habitants s'opposent depuis des mois, allant même jusqu'à retenir pendant quelques heures un chargé de projet RFF le 15 novembre.
Une délégation de viticulteurs varois sera reçue mercredi après-midi à Paris par le ministre des Transports, Thierry Mariani.

La LGV, selon RFF, l'un des co-financeurs du projet avec les collectivités locales, l'Etat, la principauté de Monaco et l'Union européenne, a pour objectif de "constituer l'arc méditerranéen Barcelone-Marseille-Gênes" et mettra Paris à 4 heures de Nice (contre près de 5H40 actuellement).

Le préfet du Var interrompt la concertation dans son département :

 

Le préfet du Var, Paul Mourier, a annoncé ce matin qu'il interrompait dans son département la concertation sur le projet de ligne à grande vitesse (LGV) Provence-Alpes-Côte d'Azur face aux "troubles et aux remous" constatés lors des réunions.
"La concertation ne rime pas avec obstruction, c'est la raison pour laquelle je prends la décision de l'arrêt de la concertation dans le Var", a déclaré à la presse Paul Mourier.
Selon le représentant de l'Etat "les conditions ne sont plus réunies pour poursuivre l'exercice de démocratie locale. Il est impossible de poursuivre la concertation dans des conditions acceptables".
Au cours des derniers jours, deux réunions ont été interrompues. La première au Luc-en-Provence avec l'intervention d'agriculteurs et viticulteurs, qui ont retenu les représentants de Réseau Ferré de France (RFF), la deuxième à Sanary où plus de deux cents personnes ont perturbé les débats.
Paul Mourier a précisé que "sur les 25 réunions prévues, 20 avaient pu être tenues".
Il a annoncé que lors de la réunion régionale de conclusion le 22 décembre, il exprimera la synthèse de l'expression du Var face au projet.
"Je retiens à ce stade vu le territoire très contraint, à la fois dans sa dimension agricole et viticole mais aussi urbaine et environnementale, qu'il est fort difficile de présenter des tracés sans solutions techniques précises. Il m'apparait nécessaire de poursuivre des études poussées à chaque hypothèse de tracé", a précisé Paul Mourier.
Pour lui "il est impossible d'exprimer une préférence tant qu'on ne sait pas comment la LGV va s'inscrire dans le territoire. Vu les enjeux du territoire il faut être très précis".
"Je n'ai pas entendu un non massif à la LGV. J'ai entendu un non massif sur les tracés et sur les conditions techniques des passages", a encore dit Paul Mourier.
Le débat sur le tracé de la future LGV butte sur la localisation de la future gare de Toulon. C'est à l'implantation de cette gare qu'agriculteurs, viticulteurs et habitants s'opposent depuis des mois.
Une délégation de viticulteurs varois sera reçue mercredi après-midi à Paris par le ministre des Transports, Thierry Mariani.
 

A ENTENDRE L'INTERVIEW DU PREFET DU VAR : PAUL MOURIER

Sur le même sujet

Les + Lus