Leonetti comprend la lassitude de Besson

Le ministre des Affaires européennes dit comprendre la lassitude de son collègue de l'Industrie Eric Besson

Par Anne Le Hars (avec AFP)

Le ministre des Affaires européennes, Jean Leonetti (UMP), a déclaré jeudi comprendre la lassitude de son collègue de l'Industrie Eric Besson, qui ne se présentera pas aux prochaines législatives et pourrait retourner dans le privé. Celui-ci, serait tenté par la présidence de l'OGC Nice.

"Dommage, j'aime bien Eric, c'est un esprit vif, ouvert", a déclaré M. Leonetti sur Canal+. "Je peux comprendre" sa lassitude "parce que la politique, c'est de la lumière, mais en même temps, ça a un côté un petit peu artificiel et à un moment donné, on a peut-être envie de revenir sur des fondamentaux, des vraies valeurs, la famille", a ajouté M. Leonetti.

Le Monde daté de jeudi écrit que le ministre UMP, ex-socialiste et créateur des Réformateurs, âgé de 53 ans, "pourrait être tenté par la direction d'un club de football, l'OGC Nice, ville dans laquelle il se rend régulièrement depuis quelque temps" selon le journal.

Réagissant mercredi soir sur son compte Twitter, M. Besson a vu dans cet article une "compilation de vieilles infos ou de rumeurs". Il a ajouté quelques minutes plus tard: "Je ne suis en rien démotivé. Heureux d'être ministre de l'industrie. Et de m'y donner totalement", concluant son tweet d'un "pour le reste inch'allah. No comment" qui a suscité de nombreuses réactions sur ce réseau social.

Le 10 novembre, M. Besson avait indiqué sur France 3 qu'il ne serait candidat à rien en 2012, ni dans la Drôme, son département d'élection, ni dans la circonscription des Français de l'étranger (péninsule ibérique + Monaco) qui lui était promise.

Il avait en revanche précisé qu'il serait "candidat aux élections municipales en 2014" à Donzère, dont il est le maire depuis 1995.

"Je n'ai plus d'ambition strictement personnelle en politique", avait assuré M. Besson le 27 novembre sur France 5.


"Je suis très heureux d'avoir été cinq ans membre de ce gouvernement", avait rappelé celui qui avait rallié Nicolas Sarkozy après avoir quitté avec fracas en 2007 la campagne de la candidate socialiste Ségolène Royal.

Il avait, dans la même interview, rappelé avoir dit qu'un jour, il "retournerait vers l'entreprise privée".
Interrogé par l'AFP, l'entourage du ministre (industrie, énergie, économie numérique) s'est contenté de renvoyer à ses déclarations précédentes et d'indiquer qu'il restait au travail "sur tout son périmètre ministériel".

Sur le même sujet

Les + Lus