Marseille: près de 200 Roms délogés

La police a évacué près de 200 Roms mardi matin dans le quartier de Font Vert.

Par M.G. avec Afp

video title

Evacuation de 200 Roms à Marseille

Un nouveau camp de Roms a été démantelé mardi à la première heure dans le 14eme arrondissement de Marseille. 150 policiers et gendarmes ont évacué plus de 200 personnes originaires de Roumanie.

L'évacuation de ces Roms, parmi lesquels figuraient beaucoup d'enfants ainsi que des nourrissons, a débuté peu après 06h00, a annoncé une représentante de l'association "Rencontres tsiganes", Caroline Godard, présente sur place, dans le 14e arrondissement.

L'indignation de la LDH

"Il reste deux campements roms à Marseille. Celui-là, qui est plutôt ancien, compte des enfants scolarisés. Une nouvelle fois, le groupe va être éclaté et les enfants ne pourront aller à l'école aujourd'hui", s'est indigné le président de la LDH dans les Bouches-du-Rhône, Bernard Eynaud, également sur place.
Evacuation dans la calme 

Près de 150 policiers et gendarmes ont participé à l'opération, coordonnée par la direction départementale de la sécurité publique (DDSP). Le nouveau préfet délégué
à la sécurité, Alain Gardère, était attendu sur place. L'opération s'est déroulée dans le calme, et les journalistes notamment ont été autorisés à entrer dans le campement pour prendre des photos et tourner des images, a constaté un journaliste de l'AFP.
Madrague-Ville, centre de rétention 

"Ceux qui vont accepter de rentrer en Roumanie vont être conduits au centre d'accueil
d'urgence de la Madrague-Ville, qui est devenu un centre de rétention qui ne dit pas son nom".

Le communiqué de la préfecture des Bouches-du-Rhône 

"En application d’une décision de justice, 161 personnes appartenant à la communauté Roms ont été expulsées ce matin d’un terrain qu’ils occupaient illégalement depuis plusieurs mois, dans le quartier de Font Vert à Marseille (14e arrondissement) dans des conditions d’hygiène exécrables. L’évacuation s’est déroulée sans heurt et dans de bonnes conditions. Une solution d’hébergement d’urgence a été proposée à l’ensemble des personnes installées sur le campement. Plusieurs dizaines d’entre elles ont ainsi accepté de rejoindre l’Unité d’Hébergement d’Urgence (U.H.U.) et ont été prises en charge par le Samu social, présent d’un bout à l’autre de l’opération, notamment pour distribuer de la nourriture. L’Office Français pour l’Immigration et l’Intégration était également associé à l’opération afin de renouveler son information sur le dispositif d’aide au retour vers le pays d’origine, pour tous les volontaires qui n’en n’auraient pas déjà bénéficié."

Sur le même sujet

Les + Lus