• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Mer capricieuse pour Jean-Baptiste Bernaz

Le Varois a vécu une première journée de compétition décevante, perdant ses deux régates.

Par Matthias Julliand

Quatre ans après ses premiers Jeux à Pékin, le pensionnaire du CN Sainte-Maxime qui n'a que 25 ans, rêvait sans doute d'un meilleur démarrage lundi au large de Weymouth dans le sud de l'Angleterre ... mais la Manche et ses adversaires du jour en ont décidé autrement !

Engagé dans la catégorie "Laser" en référence au nom donné au bateau (un dériveur monotype de 4 m 23), Jean-Batiste Bernaz est donc tombé sur plus fort que lui pour son entrée dans la compétition, et ce malgré une préparation poussée et soignée avec son club varois et l'Equipe de France.

Deux manches à zéro

Opposé lors de la 1ère régate à Juan Maegli (Guatemala), le Français ne parvenait pas à tirer son épingle du jeu. Tout juste le temps de procéder à quelques petits réglages et Jean-Baptiste Bernaz disputait dans la foulée la seconde manche du jour, cette fois face à l'Australien Tom Slingsby. Ce dernier franchira le 1er la ligne d'arrivée avec près de trois minutes d'avance sur son poursuivant.

Deux "matchs perdus" qui ont pour effet immédiat de placer le Varois à la 10ème place du général. Pas vraiment l'idéal pour espérer sortir des qualifications et ainsi participer à la finale lundi prochain, mais la compétition ne fait que commencer. Suite des hostilités mardi avec deux nouvelles manches...

Sur le même sujet

Point Cult' : l'art contemporain pour tous ?

Les + Lus