• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Mouans-Sartoux : 24ème Festival du Livre

Coup d'envoi donné ce matin. 3 jours de réflexion sur le monde avec de très nombreux auteurs venus de nombreux horizons

Par Yves LEBARATOUX

video title

Mouans-Sartoux : Festival Livre ITW Hessel

3 jours de réflexion sur le monde, avec de très nombreux auteurs : Lina Ben Mhenni, Tahar Ben Jeloun, Pascal Bruckner, Laurent Joffrin, Serge Moati, Gisèle Alimi, et un homme, figure de la résistance, Stephane Hessel, auteur d'"Indignez-vous".

3 jours de réflexion sur le monde, avec de très nombreux auteurs : Lina Ben Mhenni, Tahar Ben Jeloun, Pascal Bruckner, Laurent Joffrin, Serge Moati, Gisèle Alimi, et un homme, figure de la résistance, dont le livre paru l'an dernier est devenu un véritable phénomène, Stephane Hessel, auteur d'"Indignez-vous".

Thème 2011 :

Où allons-nous si vite ?
Il n’y a pas si longtemps, on pensait que l’évolution technique permettrait d’alléger le travail et de libérer du temps libre.
C’est bien le cas et, paradoxalement, aujourd’hui, nous avons le sentiment de manquer de temps tout en étant équipés d’appareils qui nous en font gagner.
Les nouvelles technologies exigent en réalité du temps supplémentaire. Elles accroissent aussi le rythme de la vie.
Avec les réseaux sociaux de la toile, internet, les déplacements toujours plus rapides, l’individu est emporté, jouissant des accélérations de la vitesse. Il est débordé, en pression permanente dans l’instant, dans la fuite en avant.

Les évènements de ce printemps dans le monde arabe, les mouvements des « indignados » en Espagne, en Grèce ou en Israël ont montré que l’utilisation des nouvelles technologies comme outils de communication a peut-être favorisé les rassemblements rapides, la mobilisation, la diffusion des informations et des images en instantané.

L’accélération semble aujourd’hui définir la modernité. L’accélération du changement social et culturel, le rythme des innovations, la diffusion des modes, tout va plus vite. La vie doit être bien remplie pour être jugée bonne.
Et pourtant l’accès à la vitesse est très inégal sur la planète. Ceux qui n’y ont pas accès courent pour l’avoir. Cette inégalité de plus en plus marquée entraînera-t-elle des crises futures ou une dynamique sociale alternative ?

Ainsi à aller trop vite, nous risquons de subir les crises, au lieu de les gérer et d’en tirer profit. Einstein ne disait-il pas que c’est la crise qui amène le progrès, à condition de la dépasser avec intelligence ?

D’un autre côté, des réflexions sont en cours sur la recherche de lenteur dans les villes, « les city-slow », sur une décroissance de la consommation, sur plus de relations humaines « réelles ».
Deux formes de philosophie de l’existence que nous partageons et qui souvent nous partagent.

Face à la frénésie on ne peut que s’interroger. Où allons-nous si vite ?
Peut-on encore ralentir ? Le faut-il ? Comment ? Pourquoi ?
Si la démocratie, comme l’éducation, a besoin de lenteur, le temps est sans doute venu de prendre le temps de réfléchir, d’anticiper, de prévoir,
de préparer.
De prendre le temps de l’avenir.

Marie-Louise Gourdon
Commissaire du Festival du Livre
Maire adjointe à la culture
Conseillère générale des Alpes-Maritimes

Pour en savoir plus, cliquez ici

Sur le même sujet

Quel projet touristique autour de la restauration du moulin de Berre-les-Alpes ?

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer