• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Paca: SNCF, les contrôleurs reprennent le travail

Retour à la normale progressif sur le réseau régional mais un nouveau préavis de grève est déposé pour lundi.

Par Provence Alpes

video title

Paca: SNCF: des centaines de voyageurs bloqués

Fortes perturbations depuis hier soir sur le trafic SNCF. La quasi totalité des contrôleurs ont spontanément arrêté jeudi après-midi le travail après l'annonce de l'agression d'un de leurs collègues dans un train Corail. Ce sont surtout les TER qui ont été paralysés.

L'arrêt de travail  spontané des contrôleurs a provoqué de très fortes perturbations du trafic et une belle pagaille sur les quais de la région à la veille du week end. Les contrôleurs ont repris le travail mais de nouvelles perturbations sont attendues dès lundi soir.  

LES DERNIERES INFO SUR LE TRAFFIC REGIONAL

Les controleurs ont repris le travail hier soir et le trafic a repris quasi normalement ce samedi sur les lignes TGV et grandes lignes. il reste cependant encore quelques perturbations sur le réseau des TER. Attention,  les cheminots régionaux ont déposé un nouveau préavis pour lundi.

Voir les prévisions de traffic prévu par la SNCF.

Pagaille en gares

Des voyageurs se sont retrouvés coincés en gare saint Charles et à Toulon ont dû passer la nuit dans les rames

En gare St-Charles une cinquantaine de personnes ont dû être hébergées notamment dans des trains couchettes mis à disposition par la SNCF.La cellule de crise du ministère de l'intérieur destinée à répondre aux fortes perturbations du trafic SNCF après l'agression d'un contrôleur reste activée. Des renforts de police, de gendarmerie et de sécurité civile ont également été déployés dans les gares notamment à Marseille.

Derniers éléments sur les négociations en cours:

Vers une reprise? La direction de la SNCF recevait vendredi les syndicats à tour de rôle en espérantune reprise progressive du travail .Avec un TER sur 4 et un TGV sur trois, de très nombreux voyageurs sont restés à quai vendredi, et la SNCF recommandait aux usagers de reporter leur voyage.


 Un numéro vert :Un numéro vert gratuit a été mis à la disposition du public (0 805 90 36 35) et les billets non utilisés seront remboursés sans condition.
 Les situations étaient toutefois très disparates, selon les régions et les axes, les réseaux Transilien (Ile-de-France), Eurostar et Thalys étant quasiment épargnés par les difficultés.
 

Le sud-est particulièrement touché:  "Les perturbations sont plutôt concentrées sur le sud-est et le nord et plutôt moins sur l'Atlantique", a indiqué le président de la SNCF, Guillaume Pepy.

                  

 En Rhône-Alpes par exemple, la quasi-totalité des trains
a été supprimée avec presque 100% des contrôleurs en grève. Un service minimum est assuré par des cars sur la plupart des lignes.
 "On espère une reprise progressive à partir de ma mi-journée mais tout dépendra des assemblées générales de ce matin", a affirmé une porte-parole de la SNCF Rhône-Alpes.

Incitation des syndicats à la reprise:  A la sortie de la rencontre avec la direction, Marc Baucher, secrétaire général de l'Unsa-cheminots a déclaré vouloir "inciter à la reprise du travail".
 "Un groupe de travail démarre lundi" sur la sécurité, a ajouté le syndicaliste, qui demande notamment "un effectif suffisant dans les trains et un contrôle des clients à l'embarquement".
 

Responsable du syndicat CGT en Paca, Laurent Delours a affirmé que "le but n'est pas de s'installer dans ce droit de retrait".
"On peut supposer que nous serons en capacité de nous remettre au travail, même si l'émotion est grandissante et qu'il faut vraiment régler les problèmes de sécurité", a-t-il dit.
 Tout en mettant en avant l'émotion légitime des cheminots, plusieurs voix se sont élevées pour appeler à la reprise, au premier rang desquelles M. Pepy.
 "L'émotion est très grande, mais il ne servirait à rien de pénaliser davantage les usagers parce que quelqu'un de déséquilibré a commis un acte fou", a-t-il estimé.

                     
 

La position de  Thierry Mariani: le ministre des Transports, a déclaré vendredi "partager la douleur du personnel SNCF" mais a aussi appelé les agents ayant cessé le travail à le reprendre.
"Que les trains soient bloqués, que les cheminots exercent leur droit de retrait, je crois hélas que ce n'est pas la bonne réponse à l'acte d'un déséquilibré".
 A gauche, Manuel Valls, candidat à la primaire PS, a aussi déclaré: "Les contrôleurs font un métier difficile, ils subissent beaucoup d'agressions" mais il faut trouver "très vite la voie de la reprise du travail. 
 

Sur le même sujet

Le procureur de la République de Nice s'exprime sur sa gestion de l'enquête après que G. Legay a été blessée

Les + Lus