Un Niçois, candidat à l'Elysée en grève de la faim

J-M. Governatori -Alliance écologiste indépendante n'a pas les 500 signatures, il fait une grève de la faim

Par Anne Le Hars (avec AFP)

Jean-Marc Governatori (Alliance écologiste indépendante, AEI) qui ne réussit pas à recueillir les 500 signatures d'élus nécessaires à sa candidature à la présidentielle, a entamé une grève de la faim, qu'il mènera "à mi-temps" dans un camping-car.

Déplorant être "absent des médias nationaux", il s'est présenté mardi après-midi devant le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) à Paris où il a garé "symboliquement" un camping-car. "J'y serai sans doute à mi-temps", a-t-il dit à quelques journalistes, expliquant qu'il irait notamment mercredi au Salon de l'agriculture ou encore à Reims jeudi pour un déplacement.

Avec 315 promesses de parrainages jusqu'ici, celui qui déjà en 2007 n'avait pas obtenu le sésame pour entrer en campagne, a assuré se mettre en grève de la faim "jusqu'au 16 mars", date limite de dépôt des signatures au Conseil constitutionnel, pour dénoncer le caractère "anti-démocratique" de cette procédure.

Il a également affirmé qu'un huissier parisien, "Me Marzilli", l'avait pesé et suivrait l'évolution de sa grève de la faim. Le cabinet en question n'a pas souhaité
répondre aux questions de l'AFP.


En octobre 2010, M. Governatori s'était brouillé avec ses deux partenaires, le Mouvement écologiste indépendant (MEI) d'Antoine Waechter et Génération écologie (GE), qui avaient fini par quitter l'AEI après un imbroglio autour d'une éventuelle candidature de Brigitte Bardot à la présidentielle.

M. Governatori avait notamment reconnu avoir signé une lettre à la place de M. Waechter pour proposer à "BB" d'être la candidate de l'AEI alors que le MEI et GE ne soutenaient pas cette idée.
 

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus