Monaco pas souverain à Troyes mais dauphin du Paris SG

L'attaquant monégasque Lacina Traore est resté muet hier soir. / © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
L'attaquant monégasque Lacina Traore est resté muet hier soir. / © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Monaco a été accroché (0-0) sur la pelouse de Troyes, la lanterne rouge pourtant réduite à dix dès la 3e minute, mais s'est tout de même emparé de la deuxième place de L1, samedi lors de la 19e journée. 

Par Avec AFP

L'ASM, qui reste sur six matches sans défaite en championnat (trois succès, trois nuls), totalise désormais 32 points et devient le nouveau dauphin du Paris SG, en attendant le résultat d'Angers à Saint-Etienne dimanche. Les hommes de Leonardo Jardim, très maladroits à l'image de Lacina Traoré, peuvent cependant s'en vouloir d'avoir laissé échapper deux points qui leur semblaient promis.

Aucune victoire à la trêve pour Troyes


Avec aucune victoire après 19 journées de championnat, l'Estac a battu le triste record de Brest, qui avait remporté son premier succès lors de son 19e match lors de la saison 1979-1980.
Toutefois, ce match nul face à l'un des cadors de L1 en ayant joué presque toute la rencontre en infériorité numérique aura un goût de victoire pour les Aubois, toujours derniers avec 8 points, à 13 longueurs de Reims, le premier non relégable.
Pour son deuxième match à la tête de l'équipe auboise, l'entraîneur Claude Robin avait titularisé le milieu Karim Azamoum, qui avait grandement contribué à la montée en L1 la saison dernière mais n'avait disputé que 4 minutes dans l'élite.

Un penalty manqué et un poteau pour Monaco


Le début de rencontre était idéal pour l'ASM, bien aidée par l'arbitre Wilfried Bien qui excluait très sévèrement Mouhamadou Dabo pour une faute dans la surface dès la 3e minute. Mais Traoré voyait son penalty arrêté par Paul Bernardoni, qui avait bien plongé sur sa gauche.
Cet échec n'était que le début d'une soirée catastrophique pour l'Ivoirien, qui manquait plusieurs occasions, dont une reprise à moins de trois mètres du but troyen (37e) et une tête (48e).
Bernardoni s'est également montré intraitable, notamment devant Fabinho (23e) et dans les airs, captant les nombreux centres azuréens. Et pour une fois, la chance était du côté de l'Estac sur un tir détourné de Lemar qui s'écrasait sur le poteau (54e).
La fin de match était échevelée aux deux bouts du terrain. Mais ni Dirar (90+1) pour Monaco, ni Cabot (90+1) ou Pi (90+2) pour Troyes ne parvenaient à trouver le chemin des filets. Les Monégasques, qui ont raté un penalty, ont dominé la rencontre mais sont tombés sur des Troyens exemplaires de courage et de détermination.

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus