Provence Alpes : la police et la gendarmerie récupèrent plus de 6.000 armes en une semaine

Publié le
Écrit par Loïc Perrier .

Débutée le vendredi 25 novembre, cette opération d'envergure nationale s'est achevée hier. Durant une semaine, les détenteurs non-déclarés d'armes, trouvées ou héritées, ont pu se mettre en conformité en s'enregistrant. Ou en abandonnant ces armes dans des sites de collecte, sans risque de poursuite.

Pour la préfète de police des Bouches-du-Rhône, Frédérique Camilleri, l'opération d'abandon simplifié des armes a été "un succès". Et pour cause : les chiffres sont éloquents.

Plus de 6.000 armes ont été récupérées par les forces de l'ordre dans les départements des Hautes-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence, Vaucluse et Bouches-du-Rhône. A cela s'ajoute les 4500 armes déposées dans le Var et les Alpes Maritimes.

Sur le seul département du 13, en seulement une semaine, quelque 1.993 armes longues et 983 armes de poing ont été abandonnées. Près de 77 574 munitions ont aussi été déposées dans l'un des armodromes (centre de dépôt) du département.

Le but de cette opération, qui se déroulait du 25 novembre au 2 décembre, était de permettre aux détenteurs d'armes non déclarées de pouvoir se mettre en conformité. Soit en s'enregistrant, soit en abandonnant ces veilles armes non répertoriées parfois acquises par héritage.

Une procédure que les principaux concernés pouvaient effectuer sans crainte de poursuite. Habituellement, la possession irrégulière d'une arme de catégorie B peut entraîner une peine pouvant aller jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende.

Selon l'Etat, en France, près de 2 millions de personnes détiendraient sans titre des armes, principalement de chasse ou issues des première et seconde guerres mondiales.

Collectes, mais aussi de nombreux enregistrements

Dans les Alpes de Haute Provence, 772 armes ont également pu être collectées dans les 2 armodromes dédiés. Près de 461 armes ont également été enregistrées dans le système d'informations sur les armes, un répertoire recensant les possesseurs d'armes à feu.

Côté Hautes-Alpes, plus de 600 armes ont été abandonnées et 250 kg de munitions déposées. Plus de 250 personnes se sont enregistrées dans le registre national des détenteurs d'armes.

Au cours de cette période près de 2.777 armes sont également sorties de la clandestinité dans le Vaucluse et près de 25.000 munitions et projectiles ont été collectés.

En France, selon le ministère de l'Intérieur qui s'est "félicité du succès de l'opération", plus de 150.000 armes ont été récupérées et 50.000 enregistrées. Même si l'opération est terminée, l'Etat rappelle que l'abandon d'armes non déclarées reste possible auprès des commissariats de police et de la gendarmerie "selon la procédure classique".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité