Top 14 - Toulon démarre la nouvelle année en s'imposant contre le Racing 92

Le Toulonnais Ma'a Nonu a marqué un essai en force, juste avant la pause. / © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Le Toulonnais Ma'a Nonu a marqué un essai en force, juste avant la pause. / © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Le RCT a battu le Racing 92, 17-11 dimanche en clôture de la 15e journée du Top 14. Toulon reprend sa quatrième place au classement.

Par Annie Vergnenegre

Toulon a bien démarré l'année 2017 en battant 17-11 le Racing 92, son tombeur de la dernière finale du Top 14, et remonte à la 4e place, dimanche, en clôture de la 15e ournée. Dans ce match de haute intensité mais très fermé, chaque équipe a marqué un essai : les Toulonnais par Ma'a Nonu, en force, juste avant la pause (39e), et les Franciliens par leur capitaine Dimitri Szarzewski (54e) à la conclusion d'une belle poussée des avants du Racing.

Les Toulonnais l'emportent finalement grâce aux quatre pénalités inscrites par leur buteur gallois Leigh Halfpenny, soit deux de plus que son vis-à-vis du Racing, le Néo-Zélandais Dan Carter.

Blessures en cascade

Seule ombre au tableau toulonnais, la cascade de blessures dès les 20 premiers minutes. Le deuxième ligne Romain Taofifenua dès la 2e minute, puis le troisième ligne Charles Ollivon à la 19e (entré pour suppléer Taofifenua) et enfin le demi de mêlée Eric Escande, sur la même action.

D'entrée de jeu, c'est d'abord la puissance de Bastareaud qui impressionnait. Insaisissable, il renversait les défenseurs les uns après les autres, sous le regard de Guy Novès, sélectionneur du XV de France, présent en tribunes aux côtés de Bernard Laporte, nouveau président de la Fédération française de rugby (FFR) et ancien entraîneur du RCT.
Elu homme du match par le public de Mayol, Bastareaud a clairement envoyé un message au staff des Bleus.

Très en vue offensivement, il récidivait dix minutes avant la pause. Quatre défenseurs battus, 30 mètres de gagnés... des jambes retrouvées ! Et à côté de lui, son compère Nonu n'était pas en reste. Au coeur du jeu varois  depuis l'arrivée du manager anglais, le champion du monde régalait. Gros plaquages, passes sautées, prises d'intervalles, Nonu récitait ! C'est d'ailleurs lui qui se retrouvait à la conclusion d'un beau mouvement collectif à la 39e minute. Grâce à une paire de centres flamboyante, Toulon se sortait du piège tendu par le Racing 92, et prenait ainsi une douce revanche sur son échec en finale 2016.

Sur le même sujet

Les + Lus