Draguignan : la ville va taxer les friches commerciales pour dynamiser son centre-ville

Publié le
Écrit par Maxime Meuneveaux
La ville de Draguignan va taxer les commerces laissés vacants depuis plus de deux ans. Objectif : redynamiser le centre-ville, comme ici place René Cassin.
La ville de Draguignan va taxer les commerces laissés vacants depuis plus de deux ans. Objectif : redynamiser le centre-ville, comme ici place René Cassin. © M. Meuneveaux / FTV

C'est l'une des décisions phares prises ce 28 septembre par le conseil municipal de Draguignan. La ville, sous-préfecture du Var, a décidé de taxer les commerces vides depuis plus de deux ans. Objectif : inciter les propriétaire à agir, et ainsi redynamiser le centre-ville.

C'est une décision forte que la municipalité de Draguignan vient d'adopter en cette fin septembre 2021. Désormais, les propriétaires de locaux commerciaux vides depuis au moins deux ans seront taxés. Une mesure jugée nécessaire par Sophie Dufour, l'adjointe au maire chargée de l'économie et de l'aménagement commercial. 

"Après plus de cinq années de négociation, on ne peut plus se permettre d'attendre. Certains commerces sont fermés depuis sept ans ! On leur propose des locataires potentiels, mais ça ne marche jamais. Résultat, on a des surfaces qui sont vides et non entretenues au coeur même du centre-ville. Cela pénalise tous les autres commerces autour", explique Sophie Dufour.

Des taux de 20 à 40 % 

L'assiette de cette nouvelle taxe est assise sur la taxe foncière des propriétés bâties.

Les taux sont fixés à  20 % la première année, 30 % la 2ème année et 40 % à partir de la 3ème année d'imposition. Des taux volontairement élevés (dans les limites de la loi évidemment), pour provoquer une rélelle prise de conscience chez les propriétaires concernés. 

A noter, et c'est important, que la taxe n'est pas due lorsque l'inexploitation des locaux est indépendante de la volonté du propriétaire. D'ailleurs, "une phase de négociation aura encore lieu: ceux qui peuvent justifier la non-location de leurs locaux peuvent se voir exemptés de la taxe, si leurs arguments sont solides", précise l'élue.

En tout, une dizaine de friches commerciale sont visés. Tous situés dans le parcours marchand principal de la ville: boulevard Clémenceau, place Cassin, rues Cisson, République et Pierre Clément, boulevard Foch et place du Marché. Des zones où la demande commerciale est bien présente et où des chefs d'entreprises souhaiteraient pouvoir s'installer. 

Revitalisation du centre-ville

Une action qui s'inscrit dans une démarche de revitalisation globale du centre-ville, entamée il y a quelques années déjà. Lancé en 2018, le  "Contrat de revitalisation artisanale et commerciale" (le CRAC) tente de ramener de nouveaux commerces et de lutter contre les friches commerciales, qui défigurent parfois certaines rues. 

Deux agents travaillent à temps plein sur ce projet. "Leur action vise principalement à racheter ou réunir des petites  surfaces commerciale pour les rénover, les réunir et créer des espaces commerciaux plus grands, et surtout plus adaptés à la demande actuelle", explique Sophie Dufour. 

En parallèle, le dispositif "Action coeur de ville" vise à renforcer l'attractivité globale du centre en confortant son tissu de commerces de proximité, particulièrement impacté par la crise du COVID-1, mais aussi ses habitations et ses logements. 

Et pour l'instant, ça marche : 2.500 m2 ont été identifiés, 1.800 m2 ont été acquis et 600 m2 ont été loués. Le reste (1.200 m2) est en cours de transformation ou de remembrement. Un projet de long terme (le CRAC est prévu pour durer huit ans), qui a été un peu ralenti par l'épidémie de Covid-19, les assemblées de co-propriété ayant été souvent reportées lors des périodes de confinement.

"Dans la rue République, nous sommes passés de 15 boutiques fermées en 2018 à 5 boutiques fermées en 2019 ! Cela prouve qu'on peut y arriver", avance l'élue. Qui veut y croire.

Le cas de l'ancien cinéma Eldorado

Parmi les bâtiments du centre-ville de Draguignan, le cas de l'ancien cinéma Eldorado, situé place René Cassin, est justement assez emblématique de cette métamorphose en cours. Depuis le 31 mars 2015, date de sa dernière séance, le batiment est resté inoccupé.

Après quatre ans de négociation, il a été racheté par la SAIEM de construction de Draguignan. Actuellement, des études sont en cours pour savoir s'il sera rénové, ou démolit partiellement et reconstruit. Le tout en accord avec l'architecte des Bâtiments de France, puisque la façade de l'édifice est classée. 

Mais c'est désormais une certitude: une nouvelle page va s'ouvrir pour ce bâtiment mythique, situé en plein coeur de ville, et qui a longtemps été le seul cinéma de Draguignan. Affaire à suivre donc! 

 

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.