Plongeur d'hélicoptère de la Marine Nationale, il s'apprête à courir un raid de 100 km au profit de la SNSM

Publié le Mis à jour le
Écrit par Catherine Lioult & Flore Fenouillet

Son métier ? Plongeur sauveteur d'hélicoptère de la base aéronavale de Hyères dans le Var. Son défi ? Obtenir des fonds pour les sauveteurs en mer de la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) avec qui il mène des missions régulièrement. Et pour l'accomplir, il s'attaque à l'Ultra Marin, un raid de 100 kilomètres dans le golfe du Morbihan.

"Mon travail consiste à récupérer des gens de jour comme de nuit à l'eau ou sur les bateaux. Il faut savoir que sur la base de Hyères, on a un hélicoptère qui est disponible 24h/24, 7 jours sur 7 pour les sauvetages en mer". Ca, c'est pour son travail.

Anthony Biron, 40 ans, sait en effet comment collaborer avec les hommes du secours en mer.

Car chaque année, si le Crossmed coordonne des opérations de secours, ce sont les hommes de la SNSM, des marins bénévoles qui vont sur les lieux peu importe l'heure ou la météo. Parfois, l'hélicoptère est nécessaire pour récupérer et acheminer les blessés graves à l'hôpital. Hélitreuillage, coordination entre le pilote et le bateau, prise en charge de la victime, Anthony Biron est tout cela à la fois.

Un raid de 100 kilomètres pour la SNSM

Les exercices dans le cadre de son métier, Anthony connaît, il y en a régulièrement. Le sport pour avoir une condition physique optimale, il fait également. Et il en faut une bonne condition physique pour relever ce défi qu'il s'est lancé : courir sur une distance de 100 kilomètres.

C'est l'Ultra Marin, raid qui aura lieu en Bretagne le 1er juillet prochain. 

Top départ: le 1 juillet du port du Crouesty à Arzon. L'arrivée sera à Vannes, avant le samedi 10 heures !

Cet adepte du vélo et de la course à pied est confiant, il y déjà fait un marathon soit 42 kilomètres, mais ce raid, c'est plus du double !

Je sais que 60, 70 kilomètres, ça devrait aller. Après, on verra, le but est de préparer le corps le plus possible. Il y a pas mal d'entraînements, de sortis biquotidiennes, je cours le matin très tôt et je retourne le soir...

Anthony Biron

La SNSM, des bénévoles et des dons

Parce que la SNSM ne fonctionne qu'avec des dons et des mécènes, Anthony Biron a décidé de courir pour cette cause : entretien de la vedette, équipements divers, toute somme d'argent est la bienvenue. 
La cagnotte du défi est déjà ouverte :

Anthony lui, s'entraîne pour son travail et court... jusqu'à l'Ultra Marin, et ses 100 kilomètres à parcourir, entre mer et forêts !