"Rendez-nous la mer" : kitesurf, paddle, planche à voile... les pratiquants d'activités nautiques se mobilisent à Hyères

Plus de 75 pratiquants de sports nautiques se sont rassemblés samedi 14 novembre sur la plage de l'Almanarre à Hyères pour protester contre l'interdiction de pratiquer leur sport pendant le confinement. 

Samedi, les pratiquants d'activités nautiques ont créé une chaîne humaine à l'Almanarre.
Samedi, les pratiquants d'activités nautiques ont créé une chaîne humaine à l'Almanarre. © DR
Une planche sous le bras, une pagaie à la main... Ils étaient plus de 75 à se retrouver samedi 14 novembre sur la plage de l'Almanarre à Hyères et à braver le confinement. Leur motif de déplacement ? Protester contre l'interdiction de pratiquer les activités nautiques depuis l'annonce des nouvelles mesures sanitaire pour lutter contre la seconde vague de Covid 19, le 30 octobre.

Alban Perchais pratique le kitesurf depuis 17 ans. Voyant que "ça commençait à bouger dans différentes régions", notamment sur le littoral atlantique, ce sportif de 47 ans a décidé d'organiser son propre événement baptisé "Rendez-nous la mer" à l'Almanarre, "un des plus gros spots de kite d'Europe".Kitesurf, planche à voile, paddle, apnée, wing foil... Les pratiquants de toutes les disciplines munis de leur matériel ont formé une chaîne humaine sur la plage, sans oublier les distances de sécurité et le port du masque.
Ils étaient plus de 75 à braver le confinement pour demander l'accès à la mer.
Ils étaient plus de 75 à braver le confinement pour demander l'accès à la mer. © DR
"Ce n'est pas juste le fait de pouvoir retourner naviguer pour satisfaire un besoin personnel, mais c'est aussi un moyen de peut-être redonner l'accès au plan d'eau aux écoles de kite et autres professionnels...", explique Alban Perchais. 

La France, une exception européenne ? 

Les pratiquants ne comprennent pas pourquoi la France, depuis fin octobre, est l'un des seuls, sinon le seul pays européen à avoir interdit les activités nautiques, sauf exception pour les athlètes de haut niveau et les professionnels. Ils demandent que l'idée de "plage dynamique" soit relancée. Après le premier confinement, certaines communes avaient en effet rouvert l'accès au littoral en mettant en place le concept des "plages dynamiques" : interdiction de se poser pour bronzer ou pique-niquer mais autorisation de se baigner et de pratiquer des activités sportives. 
Dimanche 15 novembre, ils étaient plusieurs à braver à nouveau l'interdit sur les flots.
Dimanche 15 novembre, ils étaient plusieurs à braver à nouveau l'interdit sur les flots. © Estelle MATHIEU /FTV
À Hyères, les férus de glisse prévoient déjà d'autres mobilisations.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 sports nautiques sport santé société confinement