Présidentielle 2022 : les Français souhaitent être plus consultés et plus encore dans les petits villages

Publié le Mis à jour le

A cinq semaines du premier tour de la présidentielle, Ma France 2022 vous donne la parole sur les sujets qui vous préoccupent au quotidien. Nous nous sommes rendus à Sainte-Anastasie-sur-Issole, dans le Var. On vous explique pourquoi nous avons choisi de mettre en lumière ce territoire.

Un village comme endormi.

Lorsque l’on parle de Saint-Tropez, tout le monde connait. Mais essayez donc avec Sainte-Anastasie-sur-Issole. Entre les deux villages, il n’y a bien de commun que le nom du département, celui du Var.

Pourtant, seuls 60 petits kilomètres séparent les deux localités. Mais à Sainte-Anastasie, presque pas de touristes, il n’y a pas d’hôtel. Très peu de résidences secondaires, 11 %, contrairement à Saint-Tropez (64 %).

Rares sont donc les Varois capables de situer ce village sur une carte. Il n’est pas au bord de la mer, mais comme son nom le laisse entendre sur la rivière l’Issole. Un cours d’eau tranquille qui alimente le Caramy puis l’Argens.

Le village est à mi-chemin entre Brignoles et Cuers.

Ses 2028 habitants (recensement 2018) bénéficient peu des services publics. La poste est ouverte 3 heures par jour, il n’y pas de médiathèque et le service des bus est quasi inexistant. Le 224 permet tout de même aux collégiens de se rendre à Rocbaron et d’en revenir les jours de semaine.

Les habitants y sont ouvriers, employés ou retraités. 13,7% d’entre eux sont au chômage (moyenne nationale 9,1%) (chiffres Insse 2018)

Les plus de 65 ans représentent 25 % de la population.  

Une population qui a des choses à dire 

Même si le village bénéficie de vidéo surveillance (16 caméras maillent le territoire) la délinquance y est moins importante que dans le reste du département ou de la région.  Les habitants votent plus que dans le reste de l’hexagone.

Lors des deux derniers tours de l’élection présidentielle, ils se sont mobilisés plus que les autres français (74,5%) en participant à plus de 77 %. Et c’est pour soutenir Marine Le Pen aux deux tours (38,61 % au premier tour et 58% au second tour pour le FN).

 

Une consultation citoyenne 

Leur nouveau maire sans étiquette Olivier Hoffmann élu pour la première fois en 2020 avait fait campagne sur une plus forte participation de la population à la vie de la cité.

En janvier 2022 il a souhaité que les habitants l’aident à choisir à qui donner son parrainage. Mais la préfecture a jugé l’initiative illégale.

La consultation a donc été annulée avant même d’avoir débuté. Et c'est bien dommage pour les habitants en âge de voter. Car pour eux: être consultés devrait faire partie de la vie politique locale et même nationale. 

Ce n'est pas parce qu'on habite un village loin de tous les services publics que l'on ne peut pas faire entendre sa voix. Et pour les habitants cette interdiction de consultation citoyenne a comme un goût amer. Et certains le diront dans les urnes au mois d'avril.