Repas de la fraternité entre migrants et habitants dans ce village du Var

Des habitants de Châteaudouble découvrent les plats préparés par les migrants hébergés au village. / © Emmanuel Felix / France Télévisions
Des habitants de Châteaudouble découvrent les plats préparés par les migrants hébergés au village. / © Emmanuel Felix / France Télévisions

A Châteaudouble ce vendredi c'était jour de fête et d'échange entre migrants et habitants. Ce village du Var accueille une soixantaine de réfugiés dans un centre depuis un peu moins d'un an et leur intégration est exemplaire.

Par Laurent Verdi avec Francis Malory

C'est un petit village perché sur les contreforts du Verdon, où rien ne se fait comme ailleurs. Depuis tôt ce vendredi matin, dans les cuisines de ce centre de migrants, les migrants sont nombreux à s'affairer pour préparer les plats de leurs pays d'origine.
 

A l'intérieur se dégagent des odeurs d'épices. Originaires d'Afrique, ils préparent des plats comme le poulet yassa. Amadou Oury Dialo, réfugié guinéen, fait mijoter une recette traditionnelle :

"Comme il y a des personnes qui n'aime pas les piments je mets peu de piment" explique-t-il en en jetant une pleine poignée dans la marmite. Tous font mijoter leurs préparations pour participer à la fête du village qui organise un repas international et convivial.
 
La préparation du poulet yassa. / © Emmanuel Felix / France Télévisions
La préparation du poulet yassa. / © Emmanuel Felix / France Télévisions


Un repas de fête


Les grandes tables dressées dans le village sont recouvertes de plats. A côté du mafé (plat africain en sauce à base de cacahouètes) l'on trouve des recettes provençales comme la soupe au pistou.

"Le mafé, c'est Sénégal" lance une habitante lors du service, "non c'est marqué Guinée" lui répond une voisine. C'est l'occasion de découvrir une nouvelle culture expliquent les villageois que nous avons interrogés. 
 

"Depuis qu'il y a les migrants à Châteaudoulbe on essaie de les intégrer avec nous" explique Georges Rouvier, le maire du village.


Pour Georges Rouvier, le maire du village, il ne faut pas laisser ces réfugiés s'isoler dans le centre : "depuis qu'il y a les migrants à Châteaudoulbe on essaie de les intégrer avec nous".
 
 

Ouvert à tous


Ceux qui le veulent peuvent même faire un petit don. Ce qui compte ici, ce sont les rencontres et la découverte de l'autre comme l'explique Héléna Morala, organisatrice bénévole de la "Fête de rencontre" à Châteaudouble.

En septembre 2018, 72 réfugiés étaient arrivés dans ce village d'un peu plus de 400 habitants. Ils avaient bousculé le quotidien des habitants qui ont aujourd'hui parfaitement intégré ces nouveaux voisins. 

Ce mois-là, la présidente du Rassemblement National Marine Le Pen avait visité Châteaudouble sous les huées et n'avait pas trouvé le soutien espéré dans sa critique de la politique migratoire de la France. 

Aujourd'hui les esprits se sont apaisés et la fête de vendredi s'est prolongée en musique jusque tard dans la soirée, le temps pour les habitants et les réfugiés de Châteaudouble de penser à d'autres idées pour bien vivre ensemble.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus