• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Retour sur l'histoire des habitants de Brovès, expropriés pour transformer leur village en terrain militaire

Les habitants de Brovès ont du laisser leur village à l'armée en juin 1974 / © Phlippe Millois / France 3
Les habitants de Brovès ont du laisser leur village à l'armée en juin 1974 / © Phlippe Millois / France 3

Il y a 45 ans, le village de Brovès était transformé en terrain militaire. Les habitants, tous expropriés, se sont dispersés dans le département. Ils se réunissent désormais une fois par an pour retrouver leur ancien lieu de vie.

Par June Raclet

Pour les habitants de Brovès, le lundi de Pentecôte est sacré. C’est le seul jour où l’armée les autorise à revenir dans leur ancien village. Ils ont dû le quitter en 1974, date à laquelle le site est transformé en terrain militaire.

Depuis, Brovès est un village mort. Certains bâtiments sont restés debout mais peu à peu, les maisons tombent en ruine. Situé sur le camp militaire de Canjuers, le village a servi de terrain d’entraînement avant d’être abandonné, devenu dangereux, trop fragile.
 

Chaque lundi de Pentecôte, les anciens habitants organisent une journée de fête et de retrouvailles autour d’un pique-nique. Pour certains, même 45 ans après, la douleur de l’expropriation est toujours là.

Quand on a connu le village avec sa vie, son ambiance, et qu’on revient ici maintenant, c’est désolant. On a toujours beaucoup d’émotion,

glisse un ancien habitant. 

Les anciens habitants de Brovès se retrouvent une fois par an dans leur ancienne commune / © Jean-Paul Bierlein / France 3.
Les anciens habitants de Brovès se retrouvent une fois par an dans leur ancienne commune / © Jean-Paul Bierlein / France 3.

Au delà de l’émotion, cette journée est un passage de témoin entre générations. Liliane Brun-Montana est présidente de l'association "les anciens de Broves", créée en 2005.

lle fait partie de la dernière génération qui a grandi dans le village. Aujourd'hui, elle veille à ce que l'histoire de Brovès ne tombe pas dans l'oubli.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Label Tourisme et Handicap, état des lieux.

Les + Lus