Les éboueurs du Grand Avignon sont en grève illimitée

La précédente grève des poubelles avaient duré six jours en janvier 2016. / © Maxppp/Patrick ROUX
La précédente grève des poubelles avaient duré six jours en janvier 2016. / © Maxppp/Patrick ROUX

Un syndicat d'éboueurs du Grand Avignon a lancé une grève illimitée depuis jeudi matin. Une trentaine d'agents suit le mouvement reconduit ce vendredi. Les revendications portent sur les primes et les disparités salariales. 

Par Annie Vergnenegre

Les ordures ménagères s'accumulent sur les trottoirs d'Avignon et de Caumont-sur-Durance depuis jeudi matin. Certains agents de la collecte du Grand Avignon ont cessé de ramasser les poubelles à l'appel du syndicat majoritaire  CFTC (72 % des agents). Le mouvement est suivi par une trentaine d'agents sur 100, selon la direction de la communication du Grand Avignon.

Fin de la prime d'assiduité


Les grévistes dénoncent la suppression de deux primes et le régime de salaires des nouveaux embauchés. "Les agents ce sont vus retirer leurs primes de fin d’année et leur primes assiduité (800 € + 600 €). Une perte considérable pour des petits salaires. De plus certaines disparité salariales sont mis en place entre les agents , choses que nous pouvons accepter.", explique le syndicat dans un communiqué. 

Revendications excessives


La communauté d'agglomération indique pour sa part, également par communiqué, qu'après la précédente grève en janvier 2016, un accord avait été signé avec l’ensemble des syndicats sur "des avancées considérables et concrètes, favorables aux conditions de travail et au pouvoir d’achat des employés", avec notamment "une réorganisation des tournées", "un régime indemnitaire revalorisé de manière importante pour mieux tenir compte de la pénibilité du métier", et "du matériel renouvelé". 

Dans ce nouveau conflit, le Grand Avignon précise que des échanges ont eu lieu qui ont permis d'avancer et que "cette grève n’est pas suivie par les 4 autres syndicats des agents de la collecte (CGT, FAFPT, FO et UNSA). La communauté d'agglomération ajoute :

Les revendications salariales des agents grévistes (...) sont totalement excessives et impossibles à satisfaire au regard de la nécessaire équité de traitement entre les agents de l’agglomération.

Aucune nouvelle rencontre n'est prévue pour le moment. 

Sur le même sujet

Incendies dans le Var : que deviennent les bois morts

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés