Cambriolages en série dans le Vaucluse, les gendarmes appellent à la prudence

Prélèvement d'une empreinte digitale par la gendarmerie. / © Maxpp/ Alexandre MARCHI
Prélèvement d'une empreinte digitale par la gendarmerie. / © Maxpp/ Alexandre MARCHI

Les gendarmes du Vaucluse ont enregistré une série de cambriolages ces derniers jours à Courthezon, Jonquières, Sorgues, Valréas et Pertuis. L'occasion de rappeler quelques consignes de sécurité élémentaires.

Par Annie Vergnenegre

Entre le 21 et 23 novembre, six cambriolages ont été perpétrés dans les communes de Courthézon, Jonquières, Sorgues, Valréas et Petuis. Sur leur page Facebook, les gendarmes de Vaucluse rappellent quelques conseils de bon sens pour ne pas faciliter la tâche des voleurs.

1. Vérifier la fermeture des portes


Dans le dernier en date à Pertuis, les cambrioleurs se sont introduits dans le logement, le matin, alors que les habitants étaient chez eux. Les cambrioleurs sont simplement rentrés par une porte laissée ouverte. Les gendarmes confirment que c'est souvent le cas :

Il faut retenir que les cambrioleurs sont souvent opportunistes. Ils regardent si votre porte est verrouillée. Si la porte est fermée, ils passent à la maison suivante.
 

2. Vol de clés = changer les serrures


Les voleurs de Pertuis ont agi vite, se servant au plus près ; "ils ont pris un sac à main et des clés, racontent les gendarmes, insistant sur un conseil de bon sens : "Dans un tel cas, il convient de changer les serrures"...

3. Ne rien cacher dans la salle de bain et la chambre


Dans les cinq cambriolages, commis le 21 novembre à Courthézon, Jonquières et Sorgues, les cambrioleurs ont ciblé les bijoux et l'argent liquide. Comme trop souvent, ils n'ont eu aucun mal à trouver rapidement ce qu'ils cherchaient.

"Le saviez-vous ? Les premières pièces fouillées par les cambrioleurs sont la salle de bain et la chambre parentale..." soulignent les gendarmes.

Dans tous ces cambriolages, on retrouve effectivement la même façon d'opérer : salle de bain et chambre retournées.

4. Ne rien toucher et appeler la police


Les gendarmes rappellent enfin qu'il faut mettre toutes les chances de leurs côtés pour retrouver les auteurs des cambriolages. Ils insistent sur la nécessité de ne rien toucher dans les pièces "visitées" et d'appeler immédiatement le 17.  Si les traces sont préservées, les enquêteurs pourront faire des relevés d'empreintes et d'ADN.

Sur le même sujet

Marseille : portrait Tressym, double vice-championne de France de Beatbox

Les + Lus