Vintimille : des bénévoles arrêtés pour avoir donné à manger aux migrants

Migrants à Vintimille, en Italie (Archives) / © JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET / AFP
Migrants à Vintimille, en Italie (Archives) / © JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

Deux bénévoles français et un britannique ont été interpellés à Vintimille pendant une distribution de nourriture aux migrants interdite dans cette ville
frontalière et inculpés pour non-respect de l'arrêté municipal.

Par AFP


Les trois bénévoles, remis en liberté après trois heures au commissariat, appartiennent à l'association d'aide aux migrants Roya Citoyenne qui coordonne des maraudes quotidiennes à Vintimille. "On était une dizaine mais ils ont pris les deux chauffeurs des véhicules où il y avait la nourriture et Simon, un Britannique qui avait oublié son passeport", a précisé l'un d'eux à l'AFP Gérard Bonnet, 64 ans. "Ils nous ont pris nos empreintes, une photo et relâchés", a-t-il ajouté.
Vintimille : des bénévoles arrêtés pour avoir donné à manger aux migrants
Intervenants : Christian Papini Association Caritas, Gibi Association "Roya Citoyenne", Vera Nesci Adjointe aux affaires sociales - ville de Vintimille et Pâquerette Association "Roya Citoyenne" - JOURDAN Nathalie, BIERLEIN Jean-Paul et GROSS Johann

Le commissariat de Vintimille a confirmé à l'AFP ces interpellations : "Lundi 20 mars, durant la soirée, plusieurs personnes ont été identifiées en train de distribuer de la nourriture, et en particulier ces personnes-là. Cette activité est interdite par un arrêté du maire de Vintimille".
"Nous les avons interpellés, conduits au commissariat et inculpés pour non-respect de l'arrêté municipal", a-t-on précisé de même source.

L'affaire pourrait avoir des suites pénales, notamment une amende allant jusqu'à 206 euros. La peine de trois mois de prison prévue par l'article 650 du code pénal italien pour punir le non-respect d'un arrêté municipal, est rarement prononcée. La mairie de Vintimille a interdit la distribution de nourriture aux migrants dès l'été 2015, quand leurs arrivées, d'abord sporadiques, ont commencé à engorger la gare, selon la mairie.

"Personne n'a jamais été verbalisé pour avoir donné un sandwich ou une petite bouteille d'eau mais le maire a des responsabilités en matière d'hygiène, il n'a pas pris cette décision à la légère. Les distributions de nourriture sauvages posent des problèmes", a souligné la mairie auprès de l'AFP en rappelant que les migrants peuvent notamment s'adresser au camp de la Croix-Rouge en dehors de la ville, et auprès de l'ONG catholique Caritas.

L'arrêté municipal de l'été 2015 a été temporairement révoqué mais un autre a rétabli l'interdiction à l'été 2016. Le soir de l'arrestation, la maraude de Roya Citoyenne a permis de distribuer 160 sachets pique-nique, des pommes, des boîtes de thon et quelques vêtements. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le berger de Caussols devant la cour d'assises des Alpes-Maritimes (06)

Près de chez vous

Les + Lus