Caravelle Ajaccio-Nice : un tir de missile en Bretagne ravive les souvenirs

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Corse
Voici les images des tirs de missile vus au large du Finistère dimanche.
Voici les images des tirs de missile vus au large du Finistère dimanche.

Dimanche 5 mai, une explosion de missile s'est produite au large du Finistère. L'image a immédiatement rappelé aux familles et témoins du drame ce qu'ils avaient vu au moment du crash de l'avion. Ils sont persuadés qu'un missile de l'armée a causé le drame qui a coûté la vie à 95 personnes. 

Le 11 septembre 1968, une caravelle parti d'Ajaccio s’abîmait au large cap d'Antibes avec 95 personnes à bord. Depuis des années, les familles de victimes de la caravelle avancent l'hypothèse qu'un missile a causé le crash. Une hypothèse toujours réfutée par l'armée.



L'enquête a été rouverte en 2012


Le 19 mars  2012, le parquet de Nice a ouvert une nouvelle enquête. Le procureur de la République de Nice, Eric de Montgolfier, a confié l'enquête à la gendarmerie, après son dépôt de plainte pour "soustraction de preuves" en septembre dernier.

Le procureur de la République de Nice souhaite que la lumière soit faite sur d'éventuelles dissimulations de preuves. L'enquête concerne deux témoignages accréditant la thèse d'un missile qui aurait touché l'avion le 11 septembre 1968.

L'un des témoins de l'époque est un technicien de l'ORTF qui filmait des manœuvres militaires sur un écran. Les bandes ont été tournées au moment où l'avion a disparu des radars. Mais elles ont été réquisitionnées par les renseignements généraux. Ces éléments n'ont jamais été versés au dossier.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.