Le trafic passager entre le port de Marseille et la Corse a augmenté de 5% au premier semestre

Bateaux de SNCM et de la Méridionale dans le port de Marseille (Archives) / © FTViaStella
Bateaux de SNCM et de la Méridionale dans le port de Marseille (Archives) / © FTViaStella

Le port de Marseille a enregistré au premier semestre un trafic marchandises en léger repli, affecté par la dégradation des échanges d'hydrocarbures, mais continue d'afficher une croissance dynamique dans les conteneurs et la sidérurgie. Côté passagers: les croisières poursuivent leur essor.

Par Jean Crozier avec AFP

Au premier semestre,   41 millions de tonnes ont transité par le Grand port maritime de Marseille (GPMM), soit un recul de 4% par rapport au premier semestre 2012, selon un communiqué publié jeudi.

En cause, la filière hydrocarbures (24 millions de tonnes, -9%), "pénalisée par la chute des trafics de brut vers l'étranger" (-68%) - l'approvisionnement de la raffinerie Miro de Karlsruhe en Allemagne n'étant plus assurée via Fos -, ainsi que par la forte baisse des trafics de raffinés (-24%) et de GPL (-15%).

Les vracs chimiques et alimentaires (1,67 Mt) sont également à la peine (-5%), les biocarburants (+56%) ne suffisant pas à compenser les retards de trafic de soude caustique et de MTBE (additif de l'essence), deux produits "étroitement liés" aux activités du groupe chimique Kem One, en redressement judiciaire, et de Lyondell Chimie.

En revanche, les conteneurs, portés depuis 2011 par la réforme portuaire, poursuivent leur progression (+6%) grâce aux terminaux de Fos (+8%) - avec des échanges vers la Chine, l'Asie du sud-est et la Turquie -, les bassins de Marseille rattrapant quant à eux leur retard (+1%).

Du côté du trafic passagers (+13%), l'activité croisières (+38%, 491.000 voyageurs) dépasse pour la première fois en volume les lignes régulières (-4%, 482.000 passagers), affectées par l'instabilité des trafics vers la Tunisie et l'Algérie, malgré la bonne résistance de la Corse (+5%).

Sur le même sujet

Les + Lus