• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Trois morts et une dizaine de blessés en Corse du sud

La RN 198, Tarco, le 9 août 2013 / © FTViastella
La RN 198, Tarco, le 9 août 2013 / © FTViastella

Un grave accident de la circulation a coûté la vie à trois personnes, un homme et deux femmes, jeudi soir vers 21 heures en Corse-du-Sud. Onze autres personnes sont blessées, certaines grièvement, ont indiqué les services de secours. C'est l'accident le plus meurtrier de l'année sur l'Ile-de-Beauté.

Par Jean Crozier avec AFP

Trois personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées dans un accident de la circulation jeudi soir en Corse-du-Sud, ont indiqué les
services de secours.

Un homme et deux femmes, tués sur le coup se trouvaient à bord de deux voitures circulant en bord de mer sur la route nationale n°198 près du hameau de Tarco dans la commune de Conca, un secteur très fréquenté en été, dans l'extrême-Sud de l'île.
DMCloud:94961
Le drame de Tarco
Philippe Gabrielli Habitant de Conca Commandant Olivier Colin Compagnie de gendarmerie de Porto-Vecchio Blaise Gourtay Secrétaire général de la Préfecture de Corse Reportage de Marc Bouchage et Nicolas Metauer


DMCloud:94773
Marylin Lanne Témoin du drame

Ces véhicules immatriculés en France ont été percutés vers 21H00 par un troisième arrivant en sens inverse.
Tous les véhicules étaient immatriculés en France.
 
Dans le choc, plusieurs personnes ont été blessées plus ou moins grièvement.

Les premières informations fournies par les services de secours faisaient état d'une dizaine de blessés, chiffre revu ultérieurement à la baisse, plusieurs victimes ayant été seulement choquées dans l'accident.
L'enquête, confiée par le parquet d'Ajaccio à la gendarmerie de Porto-Vecchio, devra déterminer dans quelles circonstances le véhicule arrivant en sens inverse a heurté de plein fouet les voitures, provoquant l'accident le plus meurtrier de l'année en Corse.

Les blessés ont été hospitalisés à Porto-Vecchio et Ajaccio.

A la date de ce 9 août  à cette heure et depuis le début de l'année 2013, 23 personnes sont mortes sur les routes de Corse.
DMCloud:94789
Le lieu de l'accident sur la RN 198
Images sans commentaires


345 personnes ont perdu la vie sur les routes de France en juillet

La mortalité routière a baissé de 5,7% en juillet par rapport au mois de juillet 2012, a annoncé jeudi la Sécurité routière.

Dans un communiqué, la Sécurité routière précise que "345 personnes ont perdu la vie sur les routes de France au mois de juillet", une baisse de 5,7% de la mortalité routière, "la plus faible jamais enregistrée pour ce mois depuis 1948, date des premières statistiques", sauf pour les motocyclistes
dont la mortalité a bondi, a annoncé jeudi la Sécurité routière.

Ces chiffres concernent toutes les catégories d'usagers: automobilistes, motocyclistes, piétons et cyclistes.

La Sécurité routière précise que "la première quinzaine a présenté une forte tendance à la hausse de la mortalité", mais que "la seconde quinzaine a été nettement plus favorable".

"Ces résultats encourageants s'accompagnent cependant d'une hausse des autres indicateurs de l'accidentalité du mois", relativise-t-elle.

"Cet été est particulièrement meurtrier pour les motocyclistes, avec une hausse cumulée de la mortalité des mois de juin et juillet 2013 de 19,3% par rapport à la même période en 2012", ce qui "annule la forte baisse enregistrée au premier trimestre", précise la Sécurité routière, qui n'a pu fournir
à l'AFP le nombre exact de motards tués .

La Sécurité routière rappelle "la nécessité pour les motardsd'avoir toujours un équipement adapté, en dépit de la chaleur, et aux automobilistes de redoubler de prudence vis-à-vis de ces usagers particulièrement vulnérables".

Par ailleurs, les accidents corporels sont en hausse de 3% avec 5.434 accidentsconstatés le mois dernier, contre 5.275 sur la même période de l'année dernière.

Objectif: moins de 2.000 tués par an

Le nombre de blessés augmente lui aussi de 2,6%, soit 174 blessés supplémentaires (6.966 en juillet 2013, contre 6.792 en juillet 2012).

Même tendance chez les personnes blessées hospitalisées, en augmentation de 14,9% par rapport à la même période de l'année précédente.

Elles étaient 2.538 en juillet 2012 et sont au nombre de 2.915 en juillet 2013, soit 377 personnes hospitalisées de plus.

Sur les sept premiers mois de l'année, 278 vies ont été épargnées, soit une baisse de 13,47% de la mortalité routière, confirmant les bons résultats enregistrés depuis début 2012.

Cette tendance rejoint celle prévalant dans l'ensemble de l'Union européenne (UE), où la route a fait 9% de tués en moins en 2012, soit 3.000 vies épargnées.

Mais la mortalité routière reste extrêmement variable d'un pays à l'autre, et augmente encore pour certains.

En 2012, la France a déploré 56 décès par million d'habitants sur la route, soit le double du Royaume-Uni.

Et si la moyenne s'est élevée l'année dernière à 55 morts par million d'habitants pour l'UE, elle a atteint 100 par million en Lituanie, 96 en Roumanie (en augmentation), 93 en Pologne, 92 en Grèce, 82 en Bulgarie et 73 en Belgique.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a fait sien l'objectif, fixé avant lui par l'ex-président Nicolas Sarkozy, de passer sous la barre des 2.000 tués par
an sur les routes françaises d'ici 2020.

"On peut arriver à moins de 2.000 tués sur les routes en 2020 sans aucun problème", a estimé la présidente de la Ligue contre la violence routière, Chantal Perrichon, jeudi sur BFMTV.

Elle a jugé les chiffres de juillet "très très encourageants car les mois de juillet sont généralement très dangereux, ce sont les pires de l'année".

Selon elle, "c'est la probabilité d'être contrôlé qui fait que, dans la tête, les comportements peuvent changer ensuite".

Depuis le début de la décennie 2000, la mortalité routière annuelle a été divisée par deux dans l'Hexagone, passant de plus de 8.000 à moins de 4.000, grâce à une amélioration sans précédent des équipements de sécurité dans les véhicules et à une politique volontariste qui s'est notamment traduite par la généralisation des radars automatiques.

L'alcool est la première cause de mortalité sur la route actuellement en France, responsable d'un accident mortel sur trois, selon la Sécurité routière.

A lire aussi

Sur le même sujet

Corse : il sera bientôt possible de payer ses impôts dans un bureau de tabac

Les + Lus