Cet article date de plus de 7 ans

L’office hydraulique de la Corse perd le marché de contrôle de l’eau potable

Les représentants des personnels ont appris la nouvelle ce matin quand la notification officielle est tombée. L’intersyndicale de l’OEHC sera reçue mercredi matin à l’Agence Régionale de Santé (ARS) qui attribue le marché.

© J. ECKEL/MAXPPP
Ce marché attribué depuis plusieurs années à l’OEHC a été raflé par un laboratoire leader privé en la matière, le groupe Carso et Vigilab, une structure installée à Bastia.
Conséquences selon les syndicats, « une perte de technicité et de savoir-faire en Corse et une lourde incertitude pour les 13 employés qualifiés du laboratoire de l’office, qui sont presque tous des cadres supérieurs».

Inquiétude des personnels de l'office 

Demain, mercredi 6 novembre, l’intersyndicale (CGT-STC-FO) sera reçue à l’ARS pour demander des explications en marge de cette attribution de marché de 4 ans. Les syndicats veulent faire part de leurs craintes pour l'avenir du laboratoire de l'Office ainsi que de celles liées à la qualité du contrôle pour le consommateur. 

Ils évoquent notamment des délais de traitement rendus plus longs par le recours à une structure basée sur le Continent. Le problème c'est que cette sous-traitance continentale était déjà opérée par l'office lui-même, mais dans une moindre mesure selon ses responsables. 

L’office hydraulique traiteur de l’eau était aussi son propre contrôleur une subtilité qui aura peut-être – au-delà du prix, 115% plus cher dans le public ou de la qualité des offres – pesé dans la balance.

L'office peut attaquer le marché - qui représente 800 000€ par an mais surtout la principale activité pour son labo - devant le Tribunal administratif, ce qu'il devrait faire selon nos informations dès mardi 12 novembre. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie