• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Les maires de Corse-du-sud réagissent aux propos de l'ancien président de la Chambre régionale des Comptes

Un colloque sur les comptes publics à Corte, le 15 novembre 2013 / © FTViastella
Un colloque sur les comptes publics à Corte, le 15 novembre 2013 / © FTViastella

Quittant la Corse pour rejoindre la Bretagne, Jean-Louis Heuga, président de la CRC, avait déclaré le 4 février dans Corse-Matin  que dans l'île « les dépenses de personnel demeurent très importantes dans les collectivités » et que ces mêmes collectivités locales « se gèrent à la petite semaine ».

Par Jean Crozier

"Ces propos sont incompréhensibles -réagit  ce 28 février l'association départementale des Maires et Présidents d’EPCI de la Corse-­‐du-­‐Sud -  dans la mesure où chacun sait, et au premier rang le président de la CRC, que les maires des petites collectivités gèrent la misère au quotidien, du mieux qu’ils peuvent, avec la rigueur qui s’impose. Que les élus responsables des collectivités plus importantes, qui disposent de moyens supplémentaires avec des personnels qualifiés, apportent la même rigueur morale et professionnelle pour en assurer la gestion saine.

Ces propos sont d’autant plus surprenants  -
poursuit le communiqué remis à la presse ce 28 février- qu’à l’occasion de la célébration du trentième anniversaire de cette institution, monsieur Heuga a mis l’accent, en présence de nombreux élus, sur la rigueur qui caractérise la gestion des communes insulaires. Confirmant en cela les propos qu’il prononçait à son arrivée en 2008 lorsqu’il soulignait que « La population est en général très sensible à la chose publique en Corse, ce qui est moins le cas dans d'autres régions. C'est valorisant pour la chambre qui fait partie intégrante du paysage des institutions vis-à-vis du citoyen » (Voir Corse matin édition du 19/12/2010).

Il est difficile de croire qu’en l’espace de cinq années les élus insulaires auraient perdu la tête et se seraient subitement désintéressés de la chose publique ?

Les élus locaux ne comprennent pas les fondements de la pensée qui a animé monsieur Heuga juste avant de partir pour Rennes. Il faut espérer qu’il ne soit pas adepte des discours de circonstances car les élus bretons pourraient en faire les frais à leur tour.

De tels propos sont de nature à jeter un peu plus le discrédit sur les élus locaux dans un contexte économique et social régional au combien difficile, qui
repose en grande partie sur la commande publique.


Le nombre important de maires ayant participé au colloque anniversaire du 15 novembre 2013 à Corte, les prises de position fréquentes des élus insulaires opposés à une délocalisation sur Marseille ou encore les motions adoptées par les organes délibérants des collectivités, ont démontré que la Corse est particulièrement attachée à cette institution.

Pour sa part, l’association des maires et présidents d’EPCI de Corse du Sud souhaite que les élus soient considérés à leur juste valeur par les représentants d’une institution indispensable, avec laquelle elle a toujours entretenu de très bons rapports et pour le maintien de laquelle elle avait oeuvré au travers d’une motion adoptée à l’unanimité de ses membres au cours de l’année 2010."


Jean-Louis Heuga en Bretagne depuis le 1er février

Après presque six années passées à la présidence de la chambre régionale des comptes de Corse, Jean-Louis Heuga a quitté  Bastia  pour Rennes.
Il occupe le  même poste à la chambre régionale des comptes de Bretagne depuis le  1er février. 
"On ne reste pas indifférent à six années de sa vie passées sur un territoire comme la Corse. J’ai une idée fixe….y revenir dès que je le pourrai" avait déclaré Jean-Louis Heuga  à la presse insulaire à la veille de son départ. 

Sur le même sujet

Tourisme : découvrir la Corse grâce au wwoofing 

Les + Lus