• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Esteban, l'étude nationale mesurant l'exposition aux polluants et la condition physique des Français, ne comprend pas la Corse

Distribution hebdomadaire des résultats des analyses de prélèvements effectuées par le CNR des virus influenza région Sud, semaines 47 à 14 des saisons 2013-2014 et 2012-2013, Corse / © ARS Paca - Cire Sud -
Distribution hebdomadaire des résultats des analyses de prélèvements effectuées par le CNR des virus influenza région Sud, semaines 47 à 14 des saisons 2013-2014 et 2012-2013, Corse / © ARS Paca - Cire Sud -

Lancée par  l'Institut de veille sanitaire, une étude nationale va mesurer d'ici 2016 l'exposition aux polluants de la population française ainsi que sa condition physique, sa nutrition et son état de santé. Elle démarre le 14 avril sur 5000 personnes vivant en France métropolitaine, hors Corse.

Par Jean Crozier avec AFP

Esteban, Etude de SanTé sur l’Environnement, la Biosurveillance, l’Activité physique et la Nutrition,  s’inscrit dans le cadre des missions de biosurveillance, de surveillance nutritionnelle et de surveillance des maladies chroniques de l’Institut de veille sanitaire.


Une étude sur 4000 adultes et 1000 enfants


"La surveillance de l'imprégnation aux substances chimiques et aux polluants est une priorité de santé publique", a expliqué la directrice générale de l'InVS, Françoise Weber, à la présentation de l'étude nommée Esteban.

Plus d'une centaine de substances présentes dans l'environnement (naturellement ou non) comme les métaux (cadmium, mercure, arsenic, nickel, antimoine, cobalt, aluminium), pesticides, dioxines ou encore composés organiques volatils (COV) seront mesurées chez les 5.000 personnes participantes à l'étude.

Certaines substances comme le bisphénol A n'ont jamais été dosées auparavant dans la population générale, a expliqué Agnès Lefranc, directrice du département santé et environnement de l'InVS.

Les polluants seront mesurés à partir d'échantillons de sang, d'urine et de cheveux sur 4.000 adultes âgés de 18 à 74 ans et sur 1.000 enfants de 6 à 17 ans, représentatifs de la population vivant en France métropolitaine (hors Corse).


Une "biothèque" de référence

Ces mesures serviront de "référence", à savoir de base de départ pour déterminer ensuite si un groupe est surexposé à un polluant par rapport au reste de la population.

Cette étude permettra aussi d'en dire plus sur "les facteurs qui conditionnent le niveau d'exposition": lieu de résidence, mode de vie, alimentation ou encore profession.

Les échantillons seront conservés pour constituer une banque de données biologiques, une "biothèque" pour servir ultérieurement de base de référence et d'investigation à des études sur de nouvelles substances, non ciblées au départ, selon Mme Lefranc.

Outre son volet exposition aux polluants, Esteban doit aussi faire le point sur les habitudes alimentaires et l'activité physique, avec "description détaillée
des consommations alimentaires, de l'activité physique et des marqueurs de l'état nutritionnel".

Les personnes recrutées réaliseront un bilan de santé et répondront à un questionnaire détaillé pour notamment déterminer alimentation et exercice physique.

Des accéléromètres, petits outils permettant de quantifier les déplacements, seront utilisés pour déterminer l'activité physique des personnes sur une semaine.

Le volet santé mesurera la fréquence de certaines maladies chroniques: diabète, asthme, obésité, hypertension.

Il est prévu pour la première fois d'estimer la fréquence de la BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive), maladie respiratoire chronique, particulièrement fréquente et invalidante chez les plus âgés.

L'étude qui démarrera le 14 avril et dont les premiers résultats sont attendus pour 2016, sera un "outil d'aide à la décision publique" et permettra aussi de
"comparer avec les autres pays", selon Mme Weber.

L'enquête Esteban en pratique

Pour les 5 000 participants, tirés au sort, Esteban propose un bilan de santé étendu et gratuit qui inclut des examens de santé et des analyses biologiques. L’étude combinera le recueil de données par questionnaires (conditions et habitudes de vie, alimentation, exposition à certains risques, antécédents médicaux, etc.), un recueil de données cliniques (anthropométrie, pression artérielle, exploration fonctionnelle respiratoire, etc.), des dosages biologiques (sang, urine, cheveux) et permettra la constitution d'une banque de prélèvements biologiques.

Sur le même sujet

Les murs de la honte

Les + Lus