• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Laurent Lokoli en prof d'un jour au tennis club de Calvi

20/05/15 - Laurent Lokoli en prof d'un jour au tennis club de Calvi / © FTVIASTELLA
20/05/15 - Laurent Lokoli en prof d'un jour au tennis club de Calvi / © FTVIASTELLA

Les championnats de corse de tennis se déroulent depuis jeudi à Calvi. En préambule mercredi, la Ligue Corse de Tennis avait organisé une journée pour les enfants de 6 à 10 ans des clubs de Balagne et du Centre Corse. Et ce jour là, ces enfants ont été coaché par Laurent Lokoli. 

Par France 3 Corse ViaStella

Privé de Roland Garros pour cause de blessure, Laurent Lokoli partage son temps libre entre famille et rééducation.

"Ça n'a pas été facile de savoir que je n'allais pas faire Roland cette année, je m'y étais préparé toute l'année, j'attendais ce moment avec impatience, malheureusement il y a des blessures comme dans tous les sports et il faut savoir l'accepter", admet le champion. 

Laurent Lokoli espère revenir à la compétition fin juin. En attendant, il a accepté d'être l'ambassadeur du tennis corse pour une journée dédiée aux enfants. Avec la réforme de l'apprentissage du tennis, c'est désormais à chaque âge, un style de jeu bien précis. 

"Le jeu est remis au centre de l'apprentissage de l'enfant. On s'aperçoit qu'en grandissant, l'enfant va avoir besoin de conserver ses qualités naturels de créativité en s'appuyant sur des bases solides", explique Laurent Huet, entraîneur fédéral de la Ligue Corse de Tennis. 

"On n'oublie pas qu'un Rafael Nadal, un Richard Gasquet, comme un Jo Wilfrid Tsonga  avaient déjà la même façon de jouer. Il n'ont fait que construire et développer dans leur jeu des qualités pour leur permettre de jouer sur du très haut niveau". 

Le reportage de Pascale Paumier, Grégoire Bézie, Christophe Mac-Daniel, Anastasia Mordin
Laurent Lokoli en prof d'un jour au tennis club de Calvi
Laurent Lokoli; Laurent Huet, entraîneur fédéral de la Ligue Corse de Tennis

Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus